Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Livre II du Livre de Lamentation de Grégoire de Narek

Publié le : 28 Janvier 2016
Nous abordons maintenant le livre II du Livre de Lamentation de Grégoire de Narek. Rappelons la composition de l’ouvrage: le livre I a mené au seuil des pénitents, dans le narthex (ou gawit’), le livre II conduit le fidèle au pied de l’autel, dans l’église (ou tacar), le livre III introduit au seuil de l’invisible, dans le sanctuaire (ou xoran). Ainsi ce livre a la structure-même de l’église arménienne. Le pécheur repenti (I) participe à la vie de l’Eglise (II) et contemple le mystère des fins dernières (III).

Au livre II, le poète montre comment l’humanité, marquée par le péché originel, est restaurée par la grâce divine. Prêtre, il prononce une prière qui prépare à la célébration de la liturgie ; c’est une profession de foi, le Credo trinitaire, en réfutation à la doctrine d’Arius qui enseignait que le Fils n’est pas l’égal du Père:

« Nous confessons et professons, adorons et vénérons
La très sainte Trinité, unie par l’égalité de sa gloire…
»

1. La grâce et le jugement.

Le poète énumère les bienfaits de la grâce rédemptrice de la Passion du Christ :

« Tu as cloué sur l’instrument de mort, le signe de la croix,
Ta paume qui fit tout et qui rassemble tout, les âmes et les êtres,
Pour abattre ma main étendue, résistant à ta volonté

Et tes deux pieds, venus ensemble pour apporter la vie,
Tu les as fixés au bois du supplice, pour ma rébellion sans entraves,
Pour réfréner, par ta miséricorde,
Le pitoyable élan de ma fuite sauvage
. »

La grâce répand sa rosée purificatrice, mais apporte aussi ses armes dans le combat spirituel avec ses « légions de lumière ». L’homme fait la confession publique de son indignité :

« Je suis un registre vivant et sur moi s’accumulent,
Au-dedans comme à l’extérieur, les deuils, les soupirs et les plaintes,
Comme sur le livre d’Ezéchiel en sa vision.

Je suis une cité sans enceinte ni tours,
Une demeure privée du verrou de ses portes ;
Du sel j’ai l’apparence et je n’ai point le goût,
Je suis une eau saumâtre impropre à étancher la soif…
»

Cependant l’orant est assuré de l’assistance du Christ lors du Jugement dernier. Le Christ guérit l’homme de toute angoisse, car il n’est pas venu condamner, mais sauver. La prière du bon larron est un exemple de confiance dans le Seigneur. Aussi peut-on chanter une hymne au Christ thaumaturge :

« Car tu n’as nul besoin d’onguents
Pour panser les blessures de mon âme.
»

Le Christ, envoyé sur terre par le Père, sous l’impulsion de l’Esprit-Saint, partage avec nous douleur et mort :

« Tu jugeas bon de goûter avec moi la coupe de la mort où je suis condamné,
Par ton humanité sans faille, ta divinité sans défaut.
»

2. L’image et ressemblance de Dieu sont restaurées par le repentir et la communion.

Avant la communion, l’homme rejette tous ses péchés. Il restaure, par la communion, son image de fils de Dieu. Il se repent comme Salomon ou le Fils prodigue :

« Je reviens implorer ta compassion de père »

Murillo, Le Retour du Fils prodigue, Huile sur toile, 236X262cm, 1670, National Gallery of Art, Washington.

Le moine entre dans une communion d’esprit avec tous les pécheurs. La grâce du Christ, préfigurée dans l’Ancien Testament par la Miséricorde de Dieu, conduit le fidèle à méditer, en silence, sur les grâces de la communion :

« J’ai foi en ton Verbe puissant, c’est pourquoi je témoigne :
Seigneur Jésus, entends le silence de mon cœur,
Qui retentit pour toi comme le cri prolongé d’une immense clameur.
»

Après la communion, Grigor fait une première offrande, non de sa justice, mais de ce livre de confession. Puis, il prie pour ses ennemis « Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ». Sa troisième offrande, ce sont ses péchés cachés, inavoués, résistants à l’examen de conscience. Il peut alors s’abandonner avec confiance au pardon divin. Le Christ accorde miséricorde, même aux pécheurs incurables qui ont encore, plus que les justes, besoin de son aide.

L’office des psaumes permet d’entrer dans le mystère de la communion des saints :

« Puis-je faire autrement que d’emprunter ces mots,
Ce psaume chanté par David, bienheureux inspiré par Dieu :
« De tout mon cœur, c’est toi que j’ai cherché ?
»

Henri Matisse, La Tristesse du roi, Gouache découpée, 299X386cm, 1952, Centre Pompidou, Paris.

On peut alors chanter l’Hymne au Christ Sauveur, hier, aujourd’hui et à la fin des temps :

« Tu es tout à fait étranger au mal ;
Tu ne veux pas la mort du pécheur,
C’est par ton vouloir qu’il reçoit le salut.
C’est toi qui changes en brise de pardon la tempête du péché ;
C’est toi qui convertis en pluie le feu de la colère.
»

3. Comment anticiper le Jugement universel et sa propre mort ?

La confession présente pourra épargner un autre jugement. Si les lecteurs se confessent comme Grigor, celui-ci peut continuer de prier pour eux, même après sa mort. Le Christ sauve l’âme désespérée, il peut donc sauver Grigor dès maintenant, car ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu :

« Voici matière à tes bontés :
Quand aux yeux de l’esprit toute vue est fermée ;
Voici le temps de ton amour pour l’homme :
Quand l’exténuant péril triomphe
En encerclant dedans comme dehors ;

Voici le remède de ta divine main :
Quand la vitalité a quitté tous les membres ;

Voici le lieu de tes secours :
Là où nulle issue n’est possible ;

Voici ta majesté :
Quand tu guéris la plaie du désespoir (…);

Voici l’arène de ta victoire :
Quand, à l’heure où j’expire, tu m’ouvres le chemin condamné de la vie ;
Voici où excelle ta grâce :
Quand, oubliant mes fautes, tu ne retiens que tes bienfaits.
»

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Martine Petrini-Poli

Martine Petrini-Poli, professeur de lettres (titulaire du CAPES et du Doctorat de 3ème cycle) en classes préparatoires HEC au Lycée de Chartreux et à l’Ecole des Avocats de Lyon (EDA), rédactrice à Espace prépas, Ellipses et Studyrama. Responsable de la Pastorale du Tourisme (PRTL 71).

Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter