Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Au musée de Cluny: De rouge et d’or, merveilles des grenats cloisonnés mérovingiens

Publié le : 3 Janvier 2017
L’art mérovingien se situe à la jonction de l’Antiquité, tombée en occident en 476, et du Moyen Âge, bien que considéré comme appartenant à cette dernière période. L’art du temps des rois issus de la dynastie de Childéric 1er et de son fils Clovis est un syncrétisme entre l’Antiquité tardive, par ses techniques, et l’art des peuples anciennement extérieurs à l’Empire, barbares mais aussi insulaires par son iconographie et la richesse de ses grenats cloisonnés. C’est ce que permet de découvrir l’exposition « Les Temps mérovingiens » visible jusqu’au 13 février au Musée de Cluny à Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gauche: Calice de Gourdon, 2e moitié du Ve siècle - Or et grenats, Hauteur : 7,4 cm, Diamètre : 4,4 cm ©Bibliothèque nationale de France, Paris 
Droite: Croix votive du trésor de Guarrazar - Or, saphirs, émeraudes, améthystes, cristaux de roche, perles, nacre et jaspe, Hauteur : 18,5 cm Largeur : 10,8 cm ©Rmn-Grand Palais (musée de Cluny - musée national du Moyen Âge) / Michel Urtado

Fibule circulaire, VIIe siècle, Bronze, grenats, or, argent et verre - Diamètre : 6,1 cm ©Rmn-Grand Palais (musée d'Archéologie nationale) / Gérard Blot

Le travail du métal précieux avait atteint, sous l’Antiquité un niveau de virtuosité technique, par le martelé, le filigrane, le sertissage des pierres en bâte, dont les rares exemples conservés nous permettent de nous rendre compte.

L’attirante vibration du métal martelé crée l’émerveillement face au calice de Gourdon, le plus ancien conservé. Le travail martelé de ce calice en métal précieux, ainsi que la forme de canthare, sont caractéristiques de l’orfèvrerie antique. Les anses aviforme stylisées, elles, sont issues du bestiaire barbare. L’aigle stylisé, ou tout du moins l’oiseau, qu’il est possible de voir en abondance dans l’orfèvrerie mérovingienne, est en effet typique des représentations barbares, notamment wisigothiques dont les petites fibules aviformes en grenat cloisonné sont de beaux exemples.

Fibules aviformes, Fin Ve siècle - début VIe siècle, Grenat, or, verre, Hauteur : 3 cm ©Rmn-Grand Palais (musée d'Archéologie nationale) / Jean-Gilles Berizzi

La patène de Gourdon, constitue également un syncrétisme par la rigueur antique de son organisation, le cloisonné de grenats et la stylisation des cœurs caractéristiques de l’art barbare, mais aussi le symbole chrétien de la Croix.

 

Gauche: Saint Jérôme, commentaire sur Isaïe, Fin du VIIIe siècle, Parchemin Hauteur : 38,5 cm Largeur : 24 cm ©Bibliothèque nationale de France, Paris
Droite: Trône « de Dagobert », Fin du VIIIe siècle, IXe siècle ?, Alliage cuivreux fondu et gravé, fer, nombreux, restes de dorure - Hauteur : 104 cm ©Bibliothèque nationale de France, Paris

La couronne et la croix votive, dite de Guarrazar, sont remarquables pour le sertissage des pierres en serti clos en bâte ou en pendeloque, technique connue également à Byzance. Ces éléments votifs, cadeaux royaux de tradition ibérique et destinés à être suspendus au-dessus de l’autel, sont le signe de l’importance que prend le culte chrétien pendant les temps Mérovingiens.
Cette période est aussi celle de la création des premières abbayes comme en témoigne la crosse personnelle de saint Germain, en or, argent et grenat cloisonné sur âme de bois datée au carbone 14 vers 655, ce qui en fait la plus ancienne crosse d’orfèvrerie connue.

Sur l’orfèvrerie comme sur les enluminures des ouvrages, les savants motifs insulaires d’entrelacs forment des fonds couvrants ou viennent se superposer aux architectures. Ces ouvrages viennent rappeler le rôle de conservation et de diffusion de savoirs des monastères.
L’exposition de reliquaires particulièrement fastueux rappelle l’importance du culte des reliques au Moyen Âge.

Châsse-reliquaire : Vierge à l'Enfant, 1ère moitié du VIIIe siècle, Argent, grenats, verroterie, bois et cuivre, Hauteur : 8,2 cm Longueur : 9,2 cm Largeur : 2,9 cm ©Rmn-Grand Palais (musée de Cluny - musée national du Moyen Âge) / Michel Urtado

Trésor de la tombe de Childéric, Abeilles, Ve siècle - Or et grenats, Hauteur : 0,3 cm Largeur : 1,6 cm ©Bibliothèque nationale de France, Paris

La présentation d’une icône du travail des métaux, le trône dit de Dagobert, illustre à la fois la persistance de la tradition antique sous les Mérovingiens par son piétement en X et sa structure architecturée, mais également l’importance de la lignée dynastique. L’exposition montre d’ailleurs le trésor de la tombe du premier Mérovingien, Childéric père de Clovis, composé d’une bague sigillaire (facsimilé, l’original ayant été volé en 1831), abeilles en or et grenats cloisonnés, armes, monnaies d’or.

La fin de l’exposition ouvre vers l’époque Carolingienne qui, au niveau de l’orfèvrerie, connaitra une certaine continuité technique avec cependant l’apparition de l’émail, tradition jusqu’alors byzantine.

Mobilier funéraire de la tombe d’Arégonde, Fin du VIe siècle ©Rmn-Grand Palais (musée d'Archéologie nationale) / Jean-Gilles Berizzi

Informations pratiques
Les Temps mérovingiens, jusqu'au 13 février 2017
Musée de Cluny, Musée national du Moyen Âge
6, place Paul Painlevé
75005 Paris
Tél : 01 53 73 78 16
www.musee-moyenage.fr
Horaires :
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h15 à
17h45.
Fermeture de la caisse à 17h15.
Réserver sa visite : www.musee-moyenage.fr/activites

9 €, tarif réduit 7 €, incluant les collections permanentes
Gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous les publics le premier dimanche du mois.

Crosse dite de saint Germain, Bois et orfèvrerie, Hauteur : 119,5 cm ©Collection du Musée jurassien d’art et d’histoire (Delémont, Suisse) / Photo Bernard Migy
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Guillaume Denniel

Étudiant à l’école du Louvre depuis 2011, Guillaume Denniel se passionne pour l’orfèvrerie depuis de nombreuses années, il en a fait son domaine de spécialité en Histoire de l’Art. Lors de l’opération « Le plus grand musée de France » qu’il a conduit au sein de la Junior entreprise de l’école du Louvre, dont il est président depuis juin 2014, il a mené à bien une opération de mécénat en faveur d'un chef d’œuvre de l’orfèvrerie de la fin de la Renaissance, dont la restauration sera effectuée en 2015. Lors de ses études en Droit (Master 2 Droit Public Droit Privé) il a réalisé deux travaux de recherche sur des thèmes connexes au Droit et à l’Histoire de l’Art.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter