Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Goudji, orfèvre de l'émotion et de l'émerveillement

Publié le : 1er Mars 2016
Le 11 février 2016 s’est tenue à l’Institut Catholique de Paris une journée d’étude et d’hommage à l’un des plus grands, mais aussi des plus discrets des artistes contemporains. Loin des mirages et des sentiers battus d’un art contemporain affranchi de la matière, de la tradition et même trop souvent de la beauté, Goudji trace son sillon nourri de son histoire et de sa connaissance des matières et des techniques.

L’histoire de Goudji c’est l’Histoire de l’Europe dans la 2ème moitié du XXème siècle, né en Géorgie, province de l’URSS en 1941, il apprend le travail des métaux et du bois, avant de rentrer aux Beaux-Arts de Tbilissi et de travailler à Moscou comme Designer. Marié à une Française, Katherine Barsacq en 1974 il quitte l’URSS et « nait en France à l’âge de 33 ans » où il peut enfin se consacrer au travail des métaux précieux alors interdit en URSS. Ses premières créations en métaux précieux sont réalisées avec des couverts en argent hérités de sa mère ; cet héritage physique est une métaphore de son héritage oriental d’où sont notamment issu son savoir faire ainsi que son bestiaire.

Goudji dans son atelier ©Marc Wittmer 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CROIX ET COLOMBE EUCHARISTIQUE DE CONQUES ©MARC WITTMER

Venu à l’art sacré au début des années 1980, Goudji exprime sa sensibilité et sa Foi dans cet art où il se sent profondément à sa place. Rentré dans une église secrètement durant son enfance, ce contact le marquera à vie, tout comme la déchirure de quitter sa mère qu’il ne reverra plus, se faisant la promesse de ne plus jamais revenir dans son pays. Rencontre et déchirure.

Avec des outils forgés de sa main, Goudji pétris la matière comme un boulanger sa pâte, il fait naitre les émotions, les expressions, mais avant tout le sens dans l’or, l’argent, les pierres dures, de manière évidente sans que la compréhension soit issue d’un cartel savamment rédigé. Ce n’est pas sans songer à la fonction anagogique de la lumière de l’abbé Suger que Goudji réfléchis à la façon dont celle-ci va frapper l’objet et l’œil, donnant tout son corps à l’œuvre et à la présence divine, mais également à la place de cet objet dans le monument qui va le recevoir et qui ne constitue qu’un écrin pour le trésor qu’est la Célébration dont les œuvres de Goudji sont les instruments.

C’est le parcours d’un Homme porté, au-delà des épreuves, vers l’horizon, le ciel mais aussi la richesse du passé, qu’a permis d’étudier cette journée, où la parole était donnée à des conservateurs, chercheurs, collectionneurs, commanditaires civils ou religieux, hommes d’Eglise et à Goudji lui-même.

Civiles ou religieuses, les œuvres de Gougji, dont une vingtaine était exposé pour l’occasion, permettent de voir que si le divin est partout, le rôle de l’art est aussi de créer l’émotion et la transcendance par le fragile et précieux émerveillement qu’il y ait quelque chose plutôt que rien ; du mystère de la Création.

Statue, évangéliaire et coupe exposés parmi d'autres ce jour-là:

 

  

Guillaume Denniel

Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 - 5 ?
Your answer:
Guillaume Denniel

Étudiant à l’école du Louvre depuis 2011, Guillaume Denniel se passionne pour l’orfèvrerie depuis de nombreuses années, il en a fait son domaine de spécialité en Histoire de l’Art. Lors de l’opération « Le plus grand musée de France » qu’il a conduit au sein de la Junior entreprise de l’école du Louvre, dont il est président depuis juin 2014, il a mené à bien une opération de mécénat en faveur d'un chef d’œuvre de l’orfèvrerie de la fin de la Renaissance, dont la restauration sera effectuée en 2015. Lors de ses études en Droit (Master 2 Droit Public Droit Privé) il a réalisé deux travaux de recherche sur des thèmes connexes au Droit et à l’Histoire de l’Art.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter