Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

A la découverte du MusVerre, au cœur de l’art du verre

Publié le : 1er Mai 2018
Inauguré le 1er octobre 2016, le MusVerre est un lieu d’exception, tant par son histoire que par son architecture et ses collections. Il est l’un des plus importants musées pour la création en verre contemporaine, et porteur d’un solide projet social en lien avec le territoire qui l’entoure. On peut y voir, durant tout l’été, une exposition lumineuse consacrée à Udo Zembok.

Salle des bousillés du Musverre © PHILIPPE ROBIN

Passion : verre

Le MusVerre est le fruit d’une rencontre entre une histoire, celle des Verreries de Sars-Poteries qui de 1802 à 1937 firent la renommée de la commune, employant jusqu’à 800 ouvriers, et un homme plein d’énergie et de passion : Louis Mériaux. Nommé en 1958 curé de Sars-Poteries, il ne tarde pas à découvrir l’attachement des Sarséens pour leur passé verrier et pour des objets étonnants qu’ils conservent et présentent avec fierté dans leurs intérieurs : les bousillés. Ces pièces réalisées par les verriers durant leur temps de pause témoignent de la créativité et de la vie sociale et communautaire des ouvriers : gobelets de communion, vaisselle de mariage, cannes…

     

Deux exemples de bousillés : (à g.) Encriers-revanche (ensemble) / (à d.) Glettes (ensemble) © Philippe Robin
Les encriers-revanche portent ce nom car ils symbolisent une sorte de rivalité entre les métiers "techniques" des verriers face aux professions "intellectuelles". Les glettes sont des galets de verre donnés aux enfants pour les jeux de marelle.

Ces objets, récoltés par Louis Mériaux, vont ainsi faire l’objet de deux expositions en 1967 puis en 1968. Devant leur franc succès, la collection deviendra permanente en 1969, signant la naissance du musée du Verre de Sars-Poteries. En parallèle, Louis Mériaux attache une grande importance à la transmission des traditions et à la continuité de l’artisanat et de l’art du verre. C’est dans cette optique qu’il crée un atelier dans une ancienne grange, où les anciens verriers partagent leur savoir-faire aux jeunes générations. Il organise également en 1982 un symposium international du verre, qui réunit des centaines d’artistes du monde entier à Sars-Poteries et souffle un vent de renouveau dans l’art du verre. La collection de verre contemporain du MusVerre en découlera notamment, grâce aux dons des artistes.

Le MusVerre en août 2016 © MusVerre, C. Bonami

Un musée tout neuf et un projet territorial ambitieux

Repris dès 1994 par le Département du Nord, le musée du Verre devient le MusVerre et s’offre un nouveau bâtiment flambant neuf en 2016. Celui-ci symbolise le lien entre un patrimoine issu de la production locale (usage de la pierre bleue locale de l’Avesnois) et la création artistique contemporaine (forme épurée et sobre). Cette architecture moderne tranche avec les maisons de briques et les toitures pentues qui l’entourent, et surprend par son audace dans un village en pleine campagne. 

Carol Milne, Continuous, 2013 - acquisition musverre 2017 © Paul Louis

Le MusVerre ambitionne de renouer avec la notoriété d’alors du bassin Avesnois, jadis grand centre de production du verre du nord-ouest de l’Europe, et attirer un public de toute cette région. En outre, s’inscrivant pleinement dans la réalité de son territoire rural, parfois oublié et en déshérence, le MusVerre a à cœur de valoriser et impliquer la population locale dans ses activités. En tenant compte des réalités sociales, la programmation du musée collabore avec écoles, maisons de retraites, centres spécialisés et hôpitaux de tout le bassin, bénéficiant ainsi aux habitants de la région. Le MusVerre est un véritable projet social au service de la population avesnoise.

Udo Zembok, Cœur II dans l'exposition "Open Space", 2018 © Philippe Robin

Udo Zembok, maître de la lumière

Dans la continuité de l’action de Louis Mériaux, le MusVerre soutient la création contemporaine en invitant un artiste renommé tel qu’Udo Zembok, par ailleurs déjà représenté dans ses collections. Celui-ci mène depuis près de quarante ans, une recherche rigoureuse et insatiable sur la couleur et son interaction avec la lumière et l’espace, dont il a fait le sujet de son œuvre. Le verre en est le matériau tout désigné ; il a su peu à peu en appréhender les caractéristiques, inventant au passage sa technique propre basée sur la fusion à haute température de plaques de verres revêtues chacune de poudres de verre coloré.

 

L’exposition « Open Space » jusqu’au 28 septembre 2018 met en lumière le travail d’Udo Zembok au travers d’une installation monumentale, Cœur II, et de deux séries d’œuvres, Spacecolours et Horizons. La première, conçue en 2011, s’inscrit totalement dans l’espace d’exposition, donnant sur une verrière ouverte vers l’extérieur, attirant ainsi l’œil vers l’horizon. La couleur, les tonalités intenses de rouges sont quasi organiques et donnent un puissant relief émotionnel à l’œuvre. Les courbes créent à la foi un cocon protecteur et un envol vers l’extérieur. Le spectateur est ainsi placé au centre des dialectiques dynamiques qui fondent l’œuvre d’Udo Zembok, entre fermeture et ouverture, opacité et transparence, matité et brillance, plein et déliés.

 

Toutes les informations pratiques pour visiter l'exposition en cliquant ici.

Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 - 5 ?
Your answer:
Recherchez sur le site