Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Le bréviaire dit de Saint-Louis de Poissy, un trésor national numérisé

Publié le : 19 Avril 2017
La BnF enrichit sa bibliothèque numérique Gallica d’un nouveau trésor patrimonial : le bréviaire dit de Saint-Louis de Poissy. Commande royale de Philippe le Bel qui le fait réaliser pour promouvoir le culte de son grand-père saint Louis, ce manuscrit exceptionnel avait été classé trésor national et acquis par la BnF en 2016, en partie grâce à la générosité de nombreux donateurs et mécènes. Numérisé en très haute définition, il est désormais accessible à tous en ligne.

La base numérique Gallica joue depuis quelques années un rôle déterminant quant à l’accès gratuit à la culture et aux savoirs pour tous. Elle offre la possibilité notamment de feuilleter des manuscrits anciens comme « en vrai », et de se laisser étonner par les lettrines, miniatures et ornements qui viennent agrémenter et enrichir les textes copiés à la main par les moines copistes dans les scriptoria médiévales. Riche aujourd’hui de plus de 4 millions de documents, manuscrits, ouvrages numérisés, cartes, plans ou même partitions et documents sonores, Gallica fêtera en 2017 ses 20 ans ! 

Le bréviaire dit de Saint-Louis de Poissy, 17,6 x 11,5 x 7 cm © Bibliothèque Nationale de France

Petite histoire du bréviaire dit de Saint-Louis de Poissy

D’une importance capitale pour l’histoire de l’enluminure et le culte rendu à saint Louis, le bréviaire dominicain dit de Saint-Louis de Poissy fut réalisé à Paris, vers 1310-1315. On a cru un moment que ce Bréviaire dominicain avait été fait pour l’abbaye Saint-Louis de Poissy, mais on pense aujourd’hui qu'il a été réalisé pour Philippe le Bel à la fin de son règne en témoignage de la dévotion à l’égard de son aïeul. Ses 562 feuillets sont ornés de délicates miniatures et d’amusantes grotesques qui sont l’œuvre de Richard de Verdun, un enlumineur parisien, gendre de Maître Honoré.

LE BRÉVIAIRE DIT DE SAINT-LOUIS DE POISSY, vue d'un double feuillet © BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE

Qu’est-ce qu’un bréviaire ?

Un bréviaire est un ouvrage à l’usage des clercs, qui contient les textes et les lectures nécessaires à la pratique de la liturgie des heures. Les bréviaires, tout comme les livres d’heures (qui sont leur équivalent mais à l’usage des laïcs) sont des objets personnels et intimes. Commandés par des personnes issues de la noblesse, ils sont très appréciés à l’époque médiévale notamment, à laquelle cette liturgie particulière prend une ampleur particulière. Ils sont ornés selon le goût de l’époque, de miniatures représentant des scènes bibliques, des scènes de cour et de toute une imagerie profane.

Transfert de la relique du chef de Saint Louis de l'abbaye de Saint Denis à la Sainte Chapelle, feuillet 479 © BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE

On y trouve même des scènes d’Histoire : ici dans le bréviaire dit de Saint-Louis de Poissy, le feuillet 479 illustre le transfert de la relique du chef (c'est-à-dire du crâne) de Saint Louis de l'abbaye de Saint Denis à la Sainte Chapelle à Paris ; la cérémonie avait eu lieu le 17 mai 1306.

Un autre charme de ce manuscrit tient à la présence, presque à toutes les pages, de grotesques ou drôleries perchées au bout des baguettes dorées délimitant les colonnes de texte, qui sont autant de clins d’œil en direction du lecteur, absorbé par une lecture et une méditation "difficile". Scènes de chasse à l’oiseau ou au lapin, joueurs de musique, et même un évêque invitant à la lecture du texte sacré malgré - ou à cause de - la présence de la Luxure se regardant dans un miroir.

Une acquisition récente et une technologie de pointe

Le jugement dernier, feuillet 66 © BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE

La Bibliothèque Nationale de France a pu acquérir ce manuscrit en 2016 grâce à la générosité de 3300 donateurs et au mécénat de plusieurs entreprises. Il a dû faire l’objet d’une préparation spécifique dans l’atelier de restauration de la BnF. Les feuillets de parchemin très fin qui le composent ont été minutieusement consolidés. Sa reliure italienne du XVIe siècle a par ailleurs été déposée avant que ne soit entreprise la délicate opération de numérisation de ce tout petit (176 mm de hauteur sur 115 mm de largeur), mais épais (70 mm d’épaisseur) manuscrit.

 

Intrigués ? Plongez dès à présent dans le bréviaire dit de Saint-Louis de Poissy en cliquant ici !

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 ?
Your answer:
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter