Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

La céramique contemporaine en lumière à la Villa Arson de Nice

Publié le : 16 Août 2017
La Villa Arson, établissement public du ministère de la Culture et de la Communication, présente cet été, un petit bijou d’exposition : POINT QUARTZ / Flower of Kent jusqu'au 17 septembre 2017. Il s’agit d’une œuvre inspirée, une installation qui rassemble une douzaine de sculptures en céramique en un seul espace de 300m2, la Galerie carrée devenue paysage de céramique. Commissariat : Frédéric Bauchet, artiste enseignant la céramique à l’Ecole nationale supérieure d’art de la Villa Arson. Narthex vous invite à vous immerger dans l'exposition !

Fragile dureté.

Quand vous entrez dans cet espace, il y a une gêne. Et cette gêne est géniale. Le sol fait socle. Vous marchez dessus. Exactement, sur des carreaux blancs de céramique industrielle posés à cru (ou presque) selon la diagonale de la Galerie. Suffisamment solides pour carreler un sol mais fragiles au point de se fendre, craquer et se briser sous votre poids ; enfin, surtout le mien… Il n’y a rien à expliquer, il y a à voir, toucher, entendre, éprouver par les pieds. Cette dureté fragile vient stimuler votre « intelligence des sens » si peu sollicitée par ailleurs et pourtant tellement nécessaire à l’art. La conception en revient à Quentin Euverte, Guillaume Gouerou et Paul Lebras.

Johan Creten, Grande vague pour Palissy, 2006-2011 - Courtesy : Johan Creten Studio / Galerie Emmanuel Perrotin, Paris © Loïc Thebaud / Villa Arson Nice

La pièce, déjà présentée en 2013, élargit le regard du visiteur à toutes ses sensations. On sait, d’un authentique savoir, celui d’une expérience sensible différente de celle de l’artiste, en quoi consiste la céramique. On lira qu’il s’agit d’une matière cuite, l’argile. Le terme céramique désigne l’ensemble des objets fabriqués en terre ayant subi une cuisson à température plus ou moins élevée. POINT QUARTZ, qui donne son titre à l’exposition correspond à 573°, le point de fusion qui transforme l’argile en céramique de manière irréversible.

Vue de l'exposition © LOÏC THEBAUD / VILLA ARSON NICE
Grave grâce.

Sur ce socle reposent des œuvres de virtuoses du médium, comme Johan Creten ou Cameron Jamie, ou- si j’ose dire – d’usagers occasionnels non moins intéressants comme Natacha Lesueur ou Bertrand Lavier, ainsi que d’anciens élèves ou résidents de la Villa, Yvonne Roeb, Eun Yeoung Lee, PascalPinaud. L’image du jardin s’impose par le nombre d’œuvres au sol et des allusions à Carl André. Une œuvre verticale Le Grand paysan (1898-99) d’Aimé-Jules Dalou évoque le poids du matériau attiré par le sol. Non seulement parce que ce travailleur de la terre la regarde, mais surtout parce que cette édition en grès a connu un problème de cuisson. La statue penche, elle flanche. Aubaine du raté. Grâce de la gravité. Le sous-titre de l’exposition s’en amuse : Flower of Kent est la variété de la pomme qui, en tombant, aurait inspiré à Newton la loi universelle de la gravitation !

Quant à nous, nous rendons grâce pour la rencontre de ces « fruits de la terre et du travail des hommes » que le feu de l’Esprit métamorphose.

P. Michel Brière

au service du Monde de l’art, Paris et aumônier des Beaux-arts

 

Toutes les informations pratiques pour visiter l'exposition sont disponibles en cliquant ici.

Mots-clés associés :
Recherchez sur le site
A ne pas manquer Tous nos Agendas

Inscrivez-vous à la newsletter