Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Aldo Ciccolini: la lyrique pianistique

Publié le : 9 Février 2015
Il y a quelques jours nous quittait le pianiste italien Aldo Ciccolini : la tradition lyrique qu’il tenait de ses origines napolitaines transfigurait ses interprétations, en particulier celles de Chopin dont nous connaissons le goût pour le bel canto. Merveilleuse résonances entre le soleil de la baie de Naples et la grande plaine polonaise, tout cela offert grâce au truchement du véritable orchestre qu’est capable d’être un piano.

DELACROIX Eugène, Paysage à Champrosay. © KLEINEFENN

Ce coucher de soleil à Champrosay nous en apprend davantage sur celui qui l’a peint, Eugène Delacroix, que sur le pays représenté. Il en est toujours ainsi de toute œuvre d’art, à fortiori lorsqu’il s’agit de musique. Le soir tombe sur une campagne légèrement vallonnée, la pénombre envahit déjà le fond du tableau que divisent des tranches colorées fortement contrastées : le sol au premier plan et le ciel aux riches harmonies encadrent la forêt presque noire. Tout est prêt pour le chant d’un nocturne improvisé, comme le faisait Chopin à Nohant, offert à quelques amis choisis comme Delacroix.

Avez-vous remarqué ? Chopin n’a jamais donné de titres descriptifs à ses œuvres : Etudes, Préludes, Valses, Mazurkas, Polonaises... La musique ne décrit pas, elle chante en chacun de nous, elle nous introduit dans sa propre durée, elle transfigure notre propre chant intérieur ou le fait naître tout simplement.
Ce Nocturne en ut # mineur que nous offre Aldo Ciccolini est un modèle du genre tel que l’a pratiqué Frédéric Chopin : sur un accompagnement régulier et discret de la main gauche se déploie librement et souplement une mélodie étendue progressivement à l’ensemble du clavier. A la rigueur rythmique de la basse s’oppose la flexibilité lyrique du dessus. On entend là comme un écho du goût de Chopin pour le bel canto d’un Bellini par exemple.

Joué par un pianiste napolitain, cette musique s’éclaire d’une chaude lumière. Le genre appelé Nocturne ne signifie pas musique de la nuit, sombre, inquiétante, cauchemardesque, mais musique intérieure, chant de l’âme, paix du soir. La pénombre de la nuit n’exclut pas le surgissement d’une lueur même ténue : écoutez la fin de ce Nocturne posthume de Chopin et la douce lumière à peine suggérée par le changement de couleur tonale des derniers accords.

La pénombre lumineuse, comment dire cela ? Veille dans la nuit, attente du jour, espérance jamais éteinte :

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

                                           Robert Desnos

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Emmanuel Bellanger

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Institut Grégorien, Emmanuel Bellanger a mené une carrière d’organiste comme titulaire de l’orgue de Saint Honoré d’Eylau à Paris, et d’enseignant à l’Institut Catholique de Paris : Institut de Musique Liturgique et Institut des Arts Sacrés (aujourd’hui ISTA) dont il fut successivement élu directeur. Ancien responsable du département de musique au SNPLS de la Conférence des évêques de France, il est actuellement directeur du comité de rédaction de Narthex. Il s’est toujours intéressé à la musique comme un lieu d’expérience sensible que chaque personne, qu’elle se considère comme musicienne ou non, est appelée à vivre.

Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter