Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation
Il y a 24 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Filtrer les résultats
Type d'élément











Éléments créés depuis



Trier par pertinence · date (le plus récent en premier) · alphabétiquement
Installation d’Eva Jospin : « Panorama » dans la Cour carrée du Louvre
Placé au coeur de la Cour carrée, sur la fontaine, le Panorama d’Eva Jospin est conçu comme une architecture artistique : le côté minéral de la ville et les façades du palais du Louvre se reflètent sur les parois habillées d’acier polimiroir. L’intérieur du Panorama, dans lequel le public est invité à déambuler, se déploie à 360° et est ainsi un lieu immersif dont l’aspect végétal reflète lui, l’univers des forêts et des grottes. Eva Jospin sculpte le carton et décline ses forêts obsessionnelles qui sont des perspectives sans ligne de fuite, des paysages de l’imaginaire où l’œil se promène sans boussole.
Rattaché à Agenda
Claude Lévêque, l'enfant et le Cobra
Le 8 juillet 1866 au couvent Saint-Gildard de Nevers, Marie-Bernarde dite Bernadette Soubirous disparait sous le bonnet et la pèlerine des postulantes chez les Sœurs de la Charité et de l'Instruction chrétienne. Elle expliquait : « je suis venue ici pour me cacher.» Le 5 octobre 2013 dans les locaux de l'agence Mazarine, agence de communication dédiée aux marques de luxe, Claude Lévêque révèle au public à l'occasion de la Nuit Blanche une série d'œuvres intitulée comme l'une d'elles : « je suis venu ici pour me cacher ».
Rattaché à Portraits d'artistes
L’élaboration et la création des saintes images au XVIIe siècle expliquées au Louvre
Les bouleversements religieux qui marquent le XVIe siècle, font resurgir l’antique combat contre les images sacrées. Face à cet iconoclasme mené par les penseurs les plus radicaux de la Réforme, la réponse de l’Eglise catholique a lieu lors du concile de Trente. En décembre 1563, elle réaffirme la légitimité de la présence des images dans les lieux de culte ainsi que l’honneur et la vénération qui leur est dus. Les 85 œuvres rassemblées au Louvre jusqu’au 29 juin 2015 dans l’exposition « La fabrique des saintes images, Rome-Paris 1580-1660 », évoquent la complexité des enjeux qui furent au cœur du processus créateur des plus grands artistes du XVIIe siècle. Une exposition qui questionne, une fois encore, le sens de l’amour chrétien des images.
Rattaché à Actualités
Exposition : « La fabrique des saintes images, Rome-Paris, 1580-1660 » au musée du Louvre
Le grand mouvement de réforme qui secoua l’Eglise tout au long du XVIe apporta avec lui, après une violente remise en cause, une profonde réflexion sur ce que devaient être les images sacrées. Rassemblant 85 œuvres, l’exposition La fabrique des saintes images présentée au Louvre jusqu’au 29 juin 2015 se propose d’évoquer la complexité des enjeux qui furent, pour l’art religieux, au cœur du processus créateur des plus grands peintres, sculpteurs et architectes du XVIIe siècle : Le Caravage, Annibale Carrachi, Guido Reni, Le Bernin et Pietro da Cortona à Rome ; Simon Vouet, Eustache Le Sueur, Philippe de Champaigne ou les frères Le Nain à Paris.
Rattaché à Agenda
Expo : Vermeer et les maitres de la peinture de genre au musée du Louvre
le Louvre a réglé ses horloges à l’heure hollandaise : outre l'exposition événement Vermeer et les maîtres de la peinture de genre jusqu'au 22 mai, les salles de peinture des Ecoles du Nord du musée ont fait peau neuve après onze mois de travaux. Deux expositions prolongent le voyage en terre hollandaise : « Chefs-d’œuvre de la collection Leiden, le siècle de Rembrandt » et « Dessiner le quotidien, la Hollande au siècle d’or » toutes deux au pavillon Sully.
Rattaché à Agenda
Peinture et musique: montrer l'invisible
Le musée du Louvre vient d’ouvrir une passionnante exposition sur l’œuvre religieuse du peintre Nicolas Poussin (1594-1665). Si l’on connait bien Les Bergers d’Arcadie, toile souvent reproduite, cette exposition sera pour beaucoup d’entre nous une découverte de ce versant de l’œuvre de Poussin que le musée du Louvre n’a pas hésité à appeler : « Poussin et Dieu ».
Rattaché à Blogs de Narthex / Ils ont des oreilles, qu'ils entendent
L’art renversant de Mark Lewis 1/2
Je viens de réaliser qu’un spectateur dort, allongé sur le banc devant moi. Dans le silence. Au Louvre, salle de la maquette, à côté des fondations médiévales, la projection en boucle de quatre films lents et silencieux n’arrête pourtant pas longtemps les visiteurs. Si toute projection d’images animées nécessite un arrêt durable, il faut dire que les œuvres de Mark Lewis requièrent, plus que d’autres, une attention soutenue. Elles peuvent susciter une sorte de suspension du temps. Une respiration qui prend souvent l’ampleur d’un envol. Invention au Louvre me transforme un peu en oiseau, en drone, en planeur. Certains vivent ce vertige avec crainte, je le savoure comme en un rêve. Vous n’avez jamais rêvé que vous voliez ?
Rattaché à Portraits d'artistes
L’art renversant de Mark Lewis 2/2
Découvrez la suite de l'article du père Michel Brière consacré à l'exposition de Mark Lewis "Invention au Louvre" visible jusqu'au 31 août 2015 au musée du Louvre !
Rattaché à Portraits d'artistes
Expo : Valentin de Boulogne, réinventer Caravage - musée du Louvre
Du 22 février au 22 mai, le musée du Louvre rend grâce à un peintre considéré comme le plus brillant des peintres à la suite de Caravage et comme l’un des plus grands artistes français à l’égal de Poussin : Valentin de Boulogne. Aussi libre que Caravage, il reprend à celui-ci un réalisme dramatique, la tension suscitée par le clair-obscur et des thèmes novateurs tirés du quotidien (tavernes, concerts, martyrs et saints…), en leur apportant une touche personnelle à la fois d’introspection et de mélancolie ainsi qu’une sensibilité à la couleur d’inspiration néo-vénitienne.
Rattaché à Agenda
Expo : "François Ier et les Pays-Bas" au musée du Louvre
François Ier est d'abord connu pour son goût pour l'italien, à l'image du foyer qu'a été le château de Fontainebleau durant son règne. C'est oublier qu'il a joué un rôle important dans l'implantation en France d'artistes originaires des Pays-Bas. L'exposition "François Ier et les Pays-Bas" met en lumière ce pan méconnu de la Renaissance française - à découvrir jusqu'au 15 janvier 2018 !
Rattaché à Agenda
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter