Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation
Il y a 10 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Filtrer les résultats
Type d'élément











Éléments créés depuis



Trier par pertinence · date (le plus récent en premier) · alphabétiquement
A Laval, un zoom sur la vie du Christ par Fra Angelico
Une manifestation culturelle inédite initiée par Ars Latina a lieu en Mayenne. L’exposition itinérante « Fra Angelico. Le pas du Christ » qui a voyagé dans une trentaine de villes française depuis 3 ans, prendra ses quartiers du 15 au 28 avril 2014 à la cathédrale de Laval. Ce volet intitulé « Fra Angelico, de Florence à Laval : Le pas du Christ de toujours à toujours » continue à présenter les agrandissements des 33 panneaux de l’Armoire des ex-voto d’argent, réalisée entre 1448 et 1453 par le dominicain Fra Angelico. Il nous raconte sa vision de la vie du Christ.
Rattaché à Actualités
1400-1460 : Le Printemps de la Renaissance florentine, à découvrir au Louvre
Si la Renaissance italienne est souvent illustrée par les célèbres peintures de Leonard de Vinci ou Raphaël, c’est pourtant entre les mains des sculpteurs que se sont manifestées ses premières formes d’expression. Jusqu’au 6 janvier 2014, le musée du Louvre met en lumière le rôle fondamental de la sculpture dans ce mouvement artistique et culturel majeur né à Florence à l’aube du XVe siècle.
Rattaché à Actualités
« Noli me tangere ! »
Timoteo Viti est un peintre bolonais dont l’oeuvre se déploie sur la fin du XVe et les premières décennies du XVIe siècle. Il connaîtra, au cours de sa carrière, les influences stylistiques de la manière douce de Lucas Signorelli ainsi que de Raphaël. C’est pour répondre à la commande de la confraternité de Saint Michel pour un autel de leur église du Saint Ange à Cagli que Timoteo Viti composa ce "Noli me tangere" unique.
Rattaché à Actualités / De Carême à Pâques, un cheminement avec l'art / → Les témoins de la Résurrection
De Florence à Séville : peintures italiennes et espagnoles du musée de Tessé
Les collections des Musées des Beaux-Arts de province sont aussi belles et riches que méconnues du grand public. La réalisation du catalogue des peintures italiennes et espagnoles du Musée des Beaux-Arts du Mans par un jeune historien de l’art donne lieu du 26 novembre 2016 au 21 mai 2017 à une exposition qui permet d’appréhender les divers aspects d’une telle collection dans un musée, constitution , provenance, attribution, restauration et dérestauration, classification des écoles, évolution des manières, copie, évolution du goût, ce qui permet, en ayant une vision d’ensemble à l’échelle d’un musée, de mieux comprendre ce que l’on nomme « la peinture ».
Rattaché à Actualités
De Florence à Séville : peintures italiennes et espagnoles du musée de Tessé (Le Mans)
Fruit du travail de recherche mené par Corentin Dury, spécialiste de la peinture italienne ancienne, cette exposition est présentée à l’occasion de la publication du premier catalogue raisonné de ces collections dont il est l’auteur. Elle présente plus de 80 peintures italiennes de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIIe siècle parmi les 105 que conserve le musée ainsi que quelques rares tableaux espagnols, provenant de ses collections à l’exception de quelques œuvres prêtées par le musée de Dijon, la Bibliothèque municipale de Lyon et des collectionneurs privés.
Rattaché à Agenda
Oeuvre restaurée: « Le Mariage de la Vierge » de Rosso Fiorentino à Paris jusqu’au 28 février
L’Ambassade d’Italie à Paris présente pour la première fois au public français le « Mariage de la Vierge » ou « Pala Ginori », dont vient de s’achever la complexe restauration. Ce retable sur bois (3,25m x 2,50 m) peint en 1523 par le peintre florentin Giovan Battista di Jacopo - dit Rosso Fiorentino, a retrouvé un nouvel éclat. Il se dévoile jusqu’au 28 février 2014, avant de regagner la basilique San Lorenzo de Florence.
Rattaché à Agenda
Exposition : L’origine de la Renaissance expliquée au Louvre jusqu’au 6 janvier 2014
L’exposition « Printemps de la Renaissance » revient sur l’effervescence créative qu’a connue Florence dans la première moitié du XVe siècle.
Rattaché à Agenda
Exposition "Nello splendore Mediceo" à Florence jusqu'au 6 octobre
Cinq cent ans après son élection à la papauté, le musée de la Chapelle Médicis revient sur le parcours du pape Léon X, né Giovanni de Médicis, jusqu'au 6 octobre 2013.
Rattaché à Agenda
Un nouvel agencement spectaculaire pour le Musée de l’Œuvre du Duomo de Florence
Un grand et unique musée pour concentrer les trésors de la Cathédrale Santa Maria del Fiore, de la coupole de Brunelleschi, du campanile de Giotto, du Baptistère Saint-Jean et de la crypte Santa Reparata. L’ambition poursuivie par le Musée de l’Œuvre depuis sa création en 1891 atteint enfin son but : proposer au public une scénographie à la hauteur de ses chefs-d’œuvre. Depuis le 29 octobre 2015, après deux ans et demi de travaux, le Museo dell’Opera del Duomo (ou Musée de l’Œuvre du Duomo de Florence) présente dans un nouvel agencement spectaculaire, la plus importante collection du monde de sculpture florentine de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. Un nouvel écrin pour les quelques 750 statues et reliefs en marbre, bronze et argent des plus grands artistes de cette époque : Donatello, Michel-Ange, Arnolfo di Cambio, Andrea Pisano, Lorenzo Ghiberti, Luca della Robbia, Antonio del Pollaiolo, Andrea del Verrocchio et beaucoup d’autres.
Rattaché à Oeuvres et lieux / Peinture, sculpture, vitrail
Issues de France et d'Italie, le Louvre-Lens présente des merveilles d'or et d'ivoire
L’exposition de l’été 2015 au Louvre-Lens met en lumière la richesse des échanges artistiques entre la capitale du royaume de France et l’actuelle Toscane dans la seconde moitié du 13e siècle et au début du suivant. Grâce aux prêts exceptionnels d’une vingtaine de prestigieux musées européens, elle lève le voile sur les relations entre les grands foyers de création artistique que sont à l’époque Paris d’un côté, Florence, Sienne et Pise de l’autre. Statuaire monumentale, peintures à fond d’or mais aussi manuscrits enluminés, émaux et ivoires précieux : plus de 125 oeuvres d’un grand raffinement sont ainsi rassemblées. Elles révèlent en particulier l’influence exercée par les représentants parisiens du gothique rayonnant sur les sculpteurs et peintres toscans de la fin du 13e siècle, dans une aire culturelle qui deviendra le berceau de la Première Renaissance.
Rattaché à Actualités
Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter