Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Exposer l'art contemporain dans les lieux de culte

Publié le : 27 Mars 2015
L'art contemporain constitue, pour la plupart des personnes qui fréquentent les lieux de culte, de manière habituelle ou occasionnelle, pour y prier ou par intérêt pour le patrimoine, un choc auquel elles ne sont pas préparées. La plupart peinent à comprendre sa légitimité dans un lieu qui leur paraît déjà chargé et immuable.

Pourtant, l'art contemporain, art vivant, a quelque chose à dire à tous, et peut être l'occasion d'une ouverture stimulante à ce « tout-autre » si proche que constitue l'expression artistique contemporaine. Il peut apporter dans le lieu de culte les émotions et les interrogations actuelles qui traversent le peuple rassemblé, et le questionner sur le monde dans lequel il vit et vers lequel il est envoyé. Encore faut-il qu'un véritable dialogue s'instaure entre le lieu et les oeuvres exposées, entre les artistes et la communauté.

Un lieu de culte en effet, même en dehors des célébrations, est un lieu vivant où s'expriment la prière du peuple assemblé et la réalité invisible. Il est chrétien lorsqu'il donne la première place au Christ. Tout y est organisé en significations auxquelles participent l'art et la beauté.

Dès lors, quelle légitimité pour une exposition dans un lieu qui sans elle se suffit ? Peut-elle y trouver place sans venir brouiller le sens dont l'espace est déjà porteur ? La question se pose pour tout édifice cultuel, même pour ceux dans lesquels, comme la plupart de nos mille chapelles morbihannaises, le culte se réduit souvent à un pardon annuel. La sollicitation d’un lieu pour une exposition peut être l'occasion, pour tous les gens du quartier, d'entrer d'abord eux-mêmes dans la compréhension du lieu, de se le réapproprier d'une manière nouvelle, afin qu'ils puissent permettre à d'autres d'y entrer à leur tour et d'en percevoir le sens. Ce sont eux, déjà, qui veillent à son entretien, à la mise en valeur de ses statues et du mobilier liturgique, à son éclairage, à l'ouverture de ses portes etc. ; soins qu'il faut accompagner, pour que, dans un lieu ayant pleinement retrouvé son authenticité, le sens puisse déjà se manifester. Ce travail pédagogique prépare l'ouverture des communautés à l'accueil d'un autre sens introduit par l'art contemporain.

Installation d'Armel Néouze pour la Nuit des églises 2014 à Notre-Dame-du-fort d'Etampes © CIRIC Alain PINOGES

L'organisation d'une exposition ne peut donc se penser sans l'implication de la communauté qui se reconnaît et vit sa foi en ce lieu, ni bien sûr sans la personne de son pasteur affectataire. On comprend qu'en raison du lien étroit qui existe entre le bâtiment église et les personnes qui s'y rassemblent, lien affectif et symbolique, un interlocuteur (d'Eglise ?) est à chercher, capable d'accueillir le projet, d'établir une programmation qui définisse le sens de l'intervention, et de relier l'artiste à la communauté.

L'implication de l'artiste est un autre préalable dans la mesure où l'exposition amène son oeuvre à entrer en résonance avec un lieu, lui-même parfois oeuvre d'art.

Les lieux de culte ne peuvent être de simples faire-valoir pour les artistes, comme les objets exposés ne doivent focaliser l'attention au détriment de la primauté d'une présence. Le discours de l'exposition doit se penser en harmonie avec les autres paroles entendues : parole de l'architecture, du mobilier liturgique, des oeuvres liées à l'édifice, paroles proclamées, lues et entendues lors des célébrations.

Bien plus, l'exposition crée un véritable échange : l'artiste doit être prêt à voir son oeuvre acquérir une vie nouvelle, la communauté qui l'accueille est amenée à porter un regard neuf sur l'art de son temps mais aussi sur son propre édifice, à discerner chez lui le beau et le moins beau. L'évènement doit être intégré à la pastorale et à la vie communautaire : annoncé, expliqué par les voies normales de la vie ecclésiale, et les rencontres avec l'artiste favorisées.

Se dessine alors la nécessité d'une programmation dans laquelle se pose la question des oeuvres, des lieux et des liens à établir entre eux. Choix de l'artiste d'abord. Il est indispensable de les connaître. Tout est à entendre de ce qu'ils expriment, mais, pour autant, tout n'est pas à situer dans une église. Alors quelles oeuvres choisir aussi ? L'accumulation est préjudiciable au sens ; il faut oser l'oeuvre unique, en tout cas se méfier de l'enflure des discours. Se pose encore la question du lieu le plus approprié. Le sens est donné par l'accrochage qui va mettre en lien les oeuvres exposées et l'édifice. Il donne une vie nouvelle à l'oeuvre incorporée au lieu et doit être signifiant : éviter la juxtaposition qui ferait de l'église une galerie.

Se souvenir enfin que l'église est un lieu de gratuité : l'exposition ne pourra être payante ni être occasion d'un commerce.

Les oeuvres contemporaines placées dans des lieux chargés d'histoire agissent comme des miroirs : elles renvoient aux lieux, ouverts à tous croyants ou non croyants en quête de culture ou de spiritualité.

Le nombre de personnes attirées par nos églises et chapelles, que leur intérêt soit cultuel ou culturel, est important. Il vaut la peine de permettre à tous d'entrer dans la compréhension de ces édifices ; de réfléchir à la manière de les faire vivre aujourd'hui ; de susciter, d'accueillir et d'accompagner les projets, et de le faire avec soin et compétence. La tâche est grande car il n'y a pas de règles : comme toute personne vivante, un lieu de culte et une communauté chrétienne sont uniques ! Chaque initiative est un chemin de dialogue, de fraternité et d'humanité pour un chrétien, appelé à stimuler sa propre foi et envoyé dans le monde pour inviter et proposer.


Irène de Château-Thierry et soeur Anne-Marie Le Thiec,Cdas de Vannes

----------------------------------

Article extrait des Chroniques d'art sacré, numéro 82, 2005, © SNPLS. Commander ce numéro en cliquant ici 

 

Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 ?
Your answer:
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter