Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Ouvrage: catalogue de l'exposition d'art contemporain"Hope !"

Publié le : 8 Mars 2011
Inge Linder-Gaillard nous livre ses impressions sur le catalogue de l'exposition Hope ! qui s'est tenue à l'été 2010 dans la ville de Dinard en Bretagne.

Pour ceux qui ont manqué l'exposition Hope !, (l'Espoir !) présentée au Palais des Arts de Dinard durant l’été 2010, son catalogue reste un outil de travail intéressant pour aborder ce vaste sujet. Sujet que toute personne concernée par le rôle potentiel de l'art dans les églises se doit d'étudier de près. L’espoir peut avoir quelques résonances avec l’espérance qui habite les chrétiens.

Pour l'exposition, tout comme pour le catalogue, des moyens considérables – intellectuels, financiers, et relationnels – ont été déployés. La ville de Dinard a accueilli le commissaire Ashok Adicéam, ancien collaborateur de l'équipe artistique de la collection de François Pinault, un des plus puissants collectionneurs d'art contemporain au monde. Adicéam lui-même a pu activer un réseau important pour obtenir le prêt d'une cinquantaine d'œuvres de tous médias confondus de plus de 40 artistes de renommée internationale incontestable (voir la liste des artistes à la fin de l'article).

La ville a su soutenir un projet difficile : étudier l'espoir sans tomber dans un traitement kitsch et nostalgique, et sans simplifier cette notion finalement complexe et non sans ambiguïté. Au lieu d'essayer d'effacer ces complexités, l'exposition et le catalogue semblent vouloir les décliner et les laisser apparentes. Le catalogue, qui est un reflet de la présentation des œuvres dans l'exposition, les regroupe en quatre « temps » : La Genèse, L'Exode, L'Apocalypse et La Grâce. Cette nomenclature chrétienne ne doit pas induire le spectateur/ lecteur en erreur : il n'y trouvera pas d'illustrations littérales ou bibliques de ces thèmes, mais des évocations, des rapprochements, des affinités.

Une petite section nommée « Prologue » donne le ton avec la présentation de deux œuvres, l'une de Jean-Michel Othoniel, Le Bateau de larmes, 2004, l'autre d'Ugo Rondinone, Guided by Voices (Guidé par des voix), 1999. Selon Adicéam, « ...Ainsi façonné, le voyage de l'espoir peut dériver vers le sublime, sur la barque de fortune affrétée pour un nouveau départ et transformée par le don de l'artiste Jean-Michel Othoniel. Le visiteur peut se laisser 'guider par les voix' vers le merveilleux, comme le propose l'enseigne lumineuse d'Ugo Rondinone sur le toit du Palais des Arts... Othoniel recueille la tragédie des réfugiés cubains sur leur radeau de la Méduse pour couronner d'éclats de verre leur désir de liberté et d'ailleurs; Rondinone transforme avec ironie une enseigne de parc d'attraction en une illusion visuelle... » (p. 11)

Chaque œuvre de l'exposition bénéficie d'une reproduction de qualité dans le catalogue et d'un texte d'information la concernant. Sans expliciter le « pourquoi » de son inclusion dans la thématique choisie, et c'est tant mieux, le texte élucide et donne à réfléchir sur ce choix. En bref, le spectateur/ lecteur est obligé de travailler un minimum, ce qui donne de la force à ce type d'exercice.

Les textes d'introduction, de Sylvie Mallet (maire de Dinard) et Jack Lang, sont suivis d'un texte d'Adicéam. Dans Le goût de vivre, le commissaire de l’exposition nous fait comprendre que ses intentions curatoriales se rapprochent des domaines du poétique et de l'onirique. Plus important, il revendique l'idée que actuellement l'artistique, plus que le politique ou le religieux, a un rôle important à jouer dans nos sociétés : « Seul l'artistique peut encore prétendre porter efficacement un message universel de paix, de tolérance et d'amour. » (p. 13)

La conversation avec Catherine Grenier, directrice adjointe du Musée national d'art moderne – Centre Pompidou et l'auteur des livres L'art contemporain est-il chrétien ?, Éditions Jacqueline Chambon, Nîmes, 2003, et La Revanche des émotions, Seuil, Paris, 2008, est un élément incontournable du catalogue. En se basant sur ses recherches de son dernier livre, Grenier retrace la place de l'émotion et du sensible dans l'art depuis l'aube de la modernité et la nouvelle place qui leur est actuellement accordée, tout comme celle de l'image dans l'art aujourd'hui. La figure humaine, sujet important, est traitée de maintes manières et son apparition va de paire avec des mises en questions propulsées par la mondialisation et les différentes crises de sociétés. L'art est devenu à nouveau, selon Grenier, efficace, et elle lui accorde, comme Adicéam (ou lui comme elle), une place majeure : « Il offre l'une des seules réponses universelles au problème essentiel qui est celui de l'homme à sa communauté, du rapport du singulier à l'universel. » (p. 19)

Grenier parle également avec justesse de la place des artistes par rapport à l'Église quand elle observe : « Aujourd'hui, on note beaucoup de signes d'ouverture de la part de l'Église, ce qui à mon sens est positif pour les chrétiens, qui renouent ainsi avec une tradition très riche, mais n'a au fonds pas de prise sur la création elle-même, qui est fondamentalement autonome. » (p. 17) Cette autonomie est un élément qui ne peut qu’apporter une force à l'art fait pour les lieux de cultes aujourd'hui.

Plus d'une fois dans le catalogue la notion du « réenchantement » de l'art est évoqué (p. 7 et 24, par exemple), notion qui est en effet actuellement travaillée par les universitaires dans différents pays (voir, pour exemple, les Actes des journées d'études, Re-Enchantment, sous la direction de James Elkins et David Morgan, Routledge, Londres, 2010, en anglais). C'est encore une indication que cette exposition et son catalogue ont leur place dans une réflexion qui se propage au niveau international sur les liens entre l'art d'aujourd'hui et les spiritualités, voir entre l'art aujourd'hui et les religions (citons également, par exemple, le numéro de novembre-décembre 2010 de la revue d’art influente Frieze, avec sa thématique Religion & Spirituality [Religion et Spiritualité]).

La bibliographie sélective d'ouvrages généraux donne un point de départ pour d'autres lectures interdisciplinaires et nous informe plus amplement sur les centres d'intérêt/ d'inspiration du commissaire de l'exposition. Elle comprend des auteurs aussi différents que Georges Bataille, Lucien Freud, Catherine Millet et Edward Said.

Artistes Bas Jan Ader, Jean-Michel Alberola, Alighiero e Boetti, Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, Reza Aramesh, Yto Barrada, Thomas Demand, Reza Derakshani, Lucio Fontana, Bernard Frize, Alberto Giacometti, Douglas Gordon, Rokni Haerizadeh, Mona Hatoum, Damien Hirst, Roni Horn, Shirazeh Houshiary, Alfredo Jaar, Matthew Day Jackson, Rashid Johnson, Kolkoz (Benjamin Moreau et Samuel Boutruche), Farideh Lashai, Claude Lévêque, Robert Longo, Jin Meyerson, François Morellet, Farhad Moshiri, Takashi Murakami, Charly Nijensohn, Gabriel Orozco, Jean-Michel Othoniel, Pierre et Gilles, Paola Pivi, Sara Rahbar, Martial Raysse, Pedro Reyes, Ugo Rondinone, Ed Ruscha, Richard Serra, Do Ho Suh, Bill Viola, Mark Wallinger, Wim Wenders, Yan Pei-Ming, Zhang Huan.

Inge Linder-Gaillard 

Mars 2011 

Informations pratiques sur l'ouvrage 

Hope ! Une exposition d'art contemporain sur l'Espoir

Catalogue d'exposition publié par Skira, Flammarion et la Ville de Dinard, 2010. 160 pages, bilingue français-anglais. 22 euros 

Direction éditoriale : Sylvie Mallet, Ashok Addicéam. Rédaction scientifique : Clara Schulmann, Tèresa Madiera Castro. Editorial de Sylvie Mallet, préface de Jack Lang, texte de Ashok Adicéam, conversation Ashok Adicéam et Catherine Grenier.

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 ?
Your answer:
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter