Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

L’Antiquaille : le nouvel Espace Culturel du Christianisme à Lyon

Publié le : 1er Janvier 2015
Le 3 décembre dernier, un espace culturel tout particulier a ouvert ses portes à Lyon. «L’Antiquaille», créé dans les bâtiments de l’ancien site de l’Hôpital de l’Antiquaille, est un nouvel espace consacré à la mise en valeur des origines du christianisme à Lyon et en Gaule. Le parcours historique se fonde sur le « cachot de Saint Pothin » et la crypte des Martyrs de Lyon de 177, restaurés sous la responsabilité des monuments historiques. C’est à cet endroit qu’au XVIIème siècle se fixa leur mémoire. Le parcours d’interprétation de 15 salles, réalisé par l’équipe scientifique, brosse l’histoire du christianisme jusqu’à la fin du XVIème siècle dans ses périodes d’expansion, d’imprégnation des sociétés occidentales, et dans ses ruptures avec les Orthodoxes et les Protestants.

Le projet est ambitieux : « proposer un parcours qui parle de nos racines, qui s’adresse à tous, et qui invite tout citoyen, quel que soit son âge ou son origine, à une découverte du christianisme et de son riche patrimoine par l’exploitation de son histoire ». Initié par l’association ECCLY (Espace Culturel du Christianisme à Lyon) que parraine le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, L’Antiquaille vient compléter le riche équipement culturel de la colline de Fourvière. En effet, celle-ci conserve actuellement les origines gallo-romaines de Lyon (Musée de la civilisation gallo-romaine, ruines superbement restaurées des théâtres, odéon, temple, aqueducs, voies romaines…).

 

Selon la tradition, c’est à cet endroit que se situe le « Cachot de saint Pothin », chef de la communauté chrétienne lyonnaise, emprisonné et martyrisé avec ses coreligionnaires en l’an 177. Ainsi nommé à cause des vestiges de l’époque romaine que l’on y découvre au XVIe siècle, le lieu devient au XVIIe siècle propriété de l’ordre religieux des Visitandines qui y construit son couvent. C’est à cette époque que l’on découvre la cavité souterraine aménagée, perçue comme la prison du prétoire romain. Ce vestige devient alors symbolique, le culte des martyrs et la mémoire de l’évènement rassemblant chaque année des milliers de pèlerins.

Depuis la fermeture de l’ancien couvent, l’objectif était de veiller à sauvegarder ce patrimoine. Notamment le magnifique décor de mosaïques, installé à la fin du XIXe siècle dans la cave agrandie en crypte, œuvres de deux équipes successives : le peintre Gaspard Poncet et le mosaïste Ennemond Mora puis Claude Barriot et Ange Minala.

Le travail scénographique a été accompli pour donner des clés de compréhension à la foi chrétienne. Comme avec cette Lettre des chrétiens de Vienne et de Lyon, retranscrite sur les murs telle qu’elle fut rapportée un siècle et demi après les évènements par Eusèbe de Césarée, authentifiant ainsi la localisation à Fourvière du lieu de réclusion des martyrs. Après un passage dans le « cachot de saint Pothin », la visite se poursuit en mettant l’accent sur les principaux aspects et étapes de l’histoire du Christianisme avec une muséographie éloignée de toute approche confessionnelle.

Appuyée par une belle iconographie, elle aborde de manière concise la diffusion du christianisme, le rôle du monachisme, la civilisation médiévale et la Réforme. La scénographie de cette dernière période a d’ailleurs a été conçue avec l’Eglise protestante unie. Par manque de place le parcours ne pouvait être prolongé au-delà mais un espace d’exposition et de conférences de 100 m2 permettra de compléter les époques dans une programmation organisée en collaboration avec les musées et les institutions culturelles de la région. Enfin, une salle est également consacrée au monde orthodoxe, réalisée en collaboration avec l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge.

La visite se fait de manière vivante et ludique grâce à l’utilisation de moyens techniques modernes puisque films, vidéos, cartes sonorisées, tables d’images, scène de théâtre, reproductions de très nombreuses œuvres d’art, écrans tactiles, accompagnés de lumières et de sons animent ce parcours destiné à tous.

Pour une visite virtuelle de l'Antiquaille, cliquez ici.

Photos: © Eccly / B.Villeneuve / P.tricou

Informations pratiques

Antiquaille-Eccly : 49 Montée Saint-Barthélémy  69005 LYON
Ouvert du mercredi au dimanche compris de 10h à 17h ;
Tél. 09 72 41 14 98 
Pour tous renseignements consulter le site internet : www.antiquaille.fr

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter