Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Création de vitraux contemporains, Fleur Nabert à Blérancourt (Picardie)

Publié le : 4 Septembre 2013
Le 15 avril 2012 ont été inaugurés les vitraux de l'église Saint-Pierre-es-liens de Blérancourt réalisés par l'artiste Fleur Nabert. Nous revenons ici sur l'origine et l'exécution de ce projet qui lie patrimoine religieux et création contemporaine

L’église Saint-Pierre-es-liens qui domine le bourg de Blérancourt, non loin de Noyon en Picardie, possède des vestiges du XIIe siècle ainsi qu’un portail renaissance remarquable, offert en 1537 par Guillaume de Lanvin, seigneur des lieux. Classée aux monuments historiques depuis 1921, elle compte également d’intéressants vitraux avec notamment une verrière centrale de Louis Mazetier exécutée par Gaudin en 1926 qui représente la libération de l’apôtre Pierre saint patron de l’église ; ainsi qu’une création plus récente : un saint Martin par Alain Mongrenier, exécuté par Claude Barre, maître verrier à Amiens. 

 

L’église Saint-Pierre-es-liens, Blérancourt. Photo : DR


En 2009, le maire Patrick Laplace ainsi que l’équipe pastorale se soucient de la réfection et de la protection des verrières de l’église. Dans le cadre de la loi du 9 décembre 1905 qui rend la commune propriétaire de l’église, la mairie décide d’engager les dépenses nécessaires. Une attention particulière est portée aux baies donnant sur le parvis. Pour Patrick Laplace « ces baies sur parvis annoncent, renseignent sur la facture de l’édifice qu’elles parachèvent. » Avec l’aide de la paroisse, une création est alors commandée à Fleur Nabert.

 

Fleur Nabert, Baie de la Pêche miraculeuse. Photo : DR


Un programme iconographique est mis en place entre l’artiste et les différents interlocuteurs du projet notamment la DRAC Picardie avec madame Alexandra Gérard, conservateur des monuments historiques, la commune représentée par son maire et l’équipe d’animation pastorale représentée par l’abbé Roucou et le docteur Jean Prentczynski.

Fleur Nabert, Baie "l’envoi en mission". Photo : DR

Les deux motifs retenus sont « la pêche miraculeuse » et « l’envoi en mission » tous deux liés à la vie de Saint Pierre et tirés de l’évangile de Luc (5,4). Pour l’abbé Roucou, « ces deux vitraux de Fleur Nabert sur le thème Duc in altum, s’offrent préférentiellement à la vue des paroissiens lors de la sortie de l’office comme une invitation supplémentaire à la Mission, un ultime envoi. Cette mission se conçoit naturellement imprégnée d’une inébranlable confiance dans la lumière du Christ, dont chacun et chacune se voit désormais appelé à témoigner dans notre monde contemporain. Il s’agit donc d’un audacieux programme également repris dans la lettre apostolique rédigée par le bienheureux Jean-Paul II à l’occasion de l’entrée dans le troisième millénaire (Novo millennio ineunte).»

 

Fleur Nabert, Baie de la Pêche miraculeuse. Photo : DR


Pour l’artiste Fleur Nabert l’enjeu était double : répondre à la demande thématique et tenir compte de la verrière de Mazetier en vis-à-vis : « J’ai commencé par m’inspirer des couleurs du vitrail du XIXe siècle auquel ceux du XXIe devaient répondre. Je suis donc partie d’une harmonie de bleus, de jaunes et de violets. J’ai également repris le principe de la frise de pourtour chère à Mazetier en la modernisant. Pour le motif lui-même je me suis permis une écriture plus contemporaine où, tout en étant compréhensibles, le filet des pêcheurs et la lumière qui se lève à l’horizon sont plus abstraits. Les deux baies ont été conçues ensemble pour qu’elles s’harmonisent sur la façade. Elles ont par exemple toutes deux une forme commune : la barque des pécheurs et le chemin de mission des apôtres. L’intention artistique était que la pêche miraculeuse donne une impression de profusion lumineuse et l’envoi en mission celle d’un appel vers la lumière de Dieu qui se lève à l’horizon. »

Les cartons de ces vitraux ainsi que le travail de peinture sur verre (émaux et grisailles) ont été réalisés par Fleur Nabert, l’exécution ainsi que l’installation ont été confiés à l’atelier de Max Mezziane (Noyon) avec notamment le concours d’Emilie Marcadier.

Pour découvrir d’autres photos du projet : http://www.fleurnabert.com/pages/oeuvres/vitraux.php

 

Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter