Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

La collection exceptionnelle d’icônes du Petit Palais

Publié le : 10 Janvier 2014
Richesse insoupçonnée, c’est pourtant le musée du Petit Palais à Paris qui détient aujourd’hui le fond public français d’icônes le plus important. Issue du legs de l’industriel et collectionneur Roger Cabal (1929-1997), cette collection exceptionnelle offre un large aperçu des différentes écoles qui se développèrent après la chute de l’Empire byzantin. A elle seule, elle rend compte de l’un des pans les plus importants de l’art religieux chrétien.

Après la chute de l’Empire byzantin, achevée en 1453 avec la prise de Constantinople par les Ottomans, la production d’icônes n’a pas cessé. Dans les anciens pays de l’Empire ou ceux de sa périphérie, notamment en Grèce et dans les Balkans, les Eglises et les fidèles des communautés chrétiennes orthodoxes continuèrent en effet à passer commande.

La Création du Monde, Tempera sur bois, H. 31,3 cm ; l. 27,5 cm, fin XVIIIe siècle, Russie centrale, anonyme, © Petit Palais/Roger-Viollet

Ces peintures sur bois à fond d’or représentant le Christ, la Vierge ou les saints, étaient indispensables à la pratique de leur foi. De nouveaux foyers de production virent également le jour, comme en Crète, possession vénitienne où de nombreux artistes de Constantinople se réfugièrent. Quant à la Russie, la chute de Constantinople fit d’elle la « Troisième Rome », la nouvelle puissance gardienne de l’héritage orthodoxe.

La présence constante d’icônes dans ces pays à travers les âges ne peut se comprendre sans évaluer l’importance de leur rôle dans la pratique religieuse. C’est toute cette histoire qui est racontée dans la collection Roger Cabal léguée au Petit Palais.

D’origine algérienne, Roger Cabal s’engage en France dans une carrière d’industriel. Passionné d’art orthodoxe, il commence dans les années 1960 à constituer une collection variée d’icônes post-byzantines.

Saint Martin, Ecole créto-vénitienne, vers 1500, anonyme 35cm x 28,3cm © Petit Palais/Roger-Viollet

Celles-ci relèvent aussi bien des écoles créto-vénitienne, grecque ou balkaniques que des différents courants russes. A sa mort en 1997, son souhait de léguer sa collection au Petit Palais permet à la Ville de Paris de s’enrichir de 73 icônes. Celles-ci sont accompagnées de cinq tissus brodés, d’objets de piété et de la bibliothèque du collectionneur, témoin des recherches effectuées pour alimenter ses connaissances et orienter ses choix.

Puisant dans une variété remarquable de provenances géographiques, Roger Cabal a réuni la plupart des thèmes essentiels de l’iconographie byzantine. Une prédilection est néanmoins notable pour l’hagiographie et ses multiples déclinaisons au travers de la représentation des saints.

Cet intérêt spécifique l’a conduit à privilégier des sujets rares comme un Saint Martin à la manière byzantine ou les représentations particulières dédiées à la Vierge que sont « En toi se réjouit » ou « La Mère de Dieu, montagne inviolée ».

En toi se réjouit, (1ère moitié du XVIIe), Kavertsas (Crète, actif entre 1615 et 1647/48) ©Petit Palais/Roger-Viollet

Son goût s’est porté sur des icônes majeures comme la série des icônes créto-vénitiennes, ou exceptionnelles par leur taille comme le « Saint Georges » de l’école de Novgorod (1,65m x 1,37m). Mais également sur des icônes de style populaire de petit format, à la force d’évocation tout aussi prégnante tels « Saint Charalampe et le démon » (20,20cm x 13,30 cm).

Le musée a depuis acquis un ensemble de dessins représentatifs des modèles ou des poncifs servants aux peintres d’icônes dans leurs travaux préparatoires.

Le tout vient compléter une série d’objets byzantins déjà conservés au Petit Palais, légués par les frères Dutuit au début du XXe siècle, parmi lesquels on peut citer la précieuse plaque de reliure en ivoire avec une Vierge à l’Enfant en trône du Xe siècle.

Plaque de reliure : Vierge à l’Enfant trônant (2e moitié du Xe siècle), Anonyme, ©Patrick Pierrain / Petit Palais/Roger-Viollet

 

Texte réalisé d’après l’ouvrage
Icônes du Petit Palais
Editions Paris Musées,  Collection « Petits Capitales »
Auteur : Raphaëlle Ziadé, responsable du département byzantin au Petit Palais
15 x 21 cm, 72 pages, 35 illustrations – prix : 12€ http://parismusees.paris.fr/fr/les-icones-0

En savoir plus sur la Collection du Monde chrétien oriental du Petit Palais : www.petitpalais.paris.fr

Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter