Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Le Trésor des Napolitains illumine le musée Maillol

Publié le : 17 Avril 2014
Sa valeur est inestimable. Son importance et sa richesse l’emportent sur ceux de la couronne d’Angleterre ou des tsars de Russie. Le trésor de San Gennaro, constitué de 21 610 pièces, n’appartient ni à l’Eglise, ni à l’Etat mais aux Napolitains. Les 70 chefs-d’œuvre d’orfèvrerie et de joaillerie exposés jusqu’au 20 juillet 2014 au musée Maillol témoignent de l’extraordinaire mouvement artistique qui s’est développé à Naples durant sept siècles, entre le XIVe et le XXe siècle. Mais la valeur de ce trésor est avant tout spirituelle, émotionnelle et symbolique : il raconte l’histoire de la foi de tout un peuple.

L'éruption du Vésuve, 1771, Pierre-Jacques Voltaire, Le Havre, Musée d'art modrene André Malraux - MuMa ©Florian Kleinefenn

Ils sont habituellement conservés dans la Chapelle et au Musée du trésor de San Gennaro mais aussi dans les coffres blindés des banques. Après avoir été présentés l’hiver dernier à Rome, ces pièces de joaillerie, ces calices, ciboires, candélabres, tissus, bustes baroques en argent massif et cuivre doré sont exposés à Paris dans une scénographie qui met « davantage l’accent sur le contexte de la constitution de ce trésor, sa raison d’être qui est indispensable de l’histoire de la ville. Rien n’existerait si Naples n’était pas, depuis toujours, sous la menace des éruptions du Vésuve » (Jean-Loup Champion, co-commissaire de l’exposition).

Entre 1526 et 1527, ajouté à la menace constante des éruptions, Naples subit deux fléaux : la guerre et la peste. Face à ces évènements tragiques, les Napolitains implorent la protection de San Gennaro, saint Janvier, grand saint patron de la ville. Le 13 janvier 1527, un contrat insolite est signé devant notaire entre le saint, mort en martyr en 305 ap.J-C., et le peuple de Naples : en échange de sa protection, les napolitains s’engagent à lui constituer un trésor et à lui construire une nouvelle chapelle au sein de la cathédrale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
A Gauche: San Gennaro bénissant, 1702, Francesco Solimena, Naples, Museo del Tesoro di San Gennaro ©Matteo D'Eletto
A doite: Le miracle de la liquéfaction du sang de San Gennaro en 1799 sur le maître autel de la cathédrale, en présence des troupes françaises, attribué à Ernst Theodor Amadeux Hoffmann, début du XIXe siècle, Naples, Museo del Tesoro di San Gennaro ©Dialma

A partir de 1601 est créée la Députation: institution laïque constituée de dix représentants de la noblesse et de deux du peuple. Sa mission est de garantir l’intangibilité des saintes reliques et des ampoules du sang du saint martyr, mais aussi de gérer l’administration et la tutelle du culte et du trésor de San Gennaro. Ainsi, la Députation a permis de sauvegarder jusqu’à aujourd’hui la tradition, l’histoire et l’exceptionnel patrimoine artistique lié au culte de San Gennaro.

La chapelle de son trésor, devenue maison du peuple, a donc été au fil des siècles, décorée par les napolitains eux-mêmes. Avec eux, les rois, les reines, les empereurs, les papes et les hommes illustres n’ont cessé d’enrichir ce trésor, en particulier aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Buste de sainte Irène, 1733, Carlo Schisano, Naples, Museo del Tesoro di San Gennaro ©Matteo D'Eletto

Par exemple, cette Sainte Irène en argent réalisée en 1733 par l’orfèvre Carlo Schisano. Les Napolitains avaient confié à sainte Irène la tâche de détourner les éclairs, qui s’enfoncent ainsi dans sa main droite levée. Le caractère spectaculaire de ce groupe sculpté, moulé puis ciselé tient par la présence, sur la partie basse, d’un putto en cuivre doré soutenant une vue de Naples détaillée avec minutie, « le premier en trois dimensions que l’on connaisse », note Jean-Loup Champion.

Parmi les joyaux étincelants du trésor, cette remarquable croix sertie d’émeraudes et de diamants déposée par Joseph Bonaparte, roi de Naples et de Sicile en 1806-1807. Ou encore le collier de San Gennaro, une des pièces maîtresses du trésor dont la réalisation s’est étalée sur près de 250 ans.

La fabrication du collier commence en 1679 afin d’orner le buste du saint réalisé par des orfèvres angevins. Jusqu’en 1933, tous les souverains européens passés par Naples, ou régnant sur la ville, y ont ajouté un nouvel élément. Ce collier rassemble donc entre-autres les bijoux offerts par Charles III de Bourbon, la reine Marie-Amélie de Saxe, la reine Marie-Caroline d’Autriche ou le roi Victor-Emmanuel II de Savoie.

Collier de San Gennaro, 1679-1933, Michele Dato, Naples, Museo del Tesoro di San Gennaro ©Matteo D'Eletto

Mais les œuvres exposées ne se contentent d’être de beaux objets. Elles portent en elles la ferveur spirituelle de générations entières. D’un peuple profondément marqué par l’ombre de l’un des volcans les plus dangereux de la planète. Et le culte se manifeste encore chaque année au mois de mai, lors de la cérémonie du miracle. Des milliers de personnes se rassemblent en procession derrière le buste en or et argent de San Gennaro et viennent assister à la liquéfaction du sang du martyr. Ce phénomène inexpliqué se produit trois fois par an à dates fixes depuis 1389. En mai, le reliquaire en vermeil du XIVe siècle devra donc quitter le musée Maillol une dizaine de jours pour rejoindre sa chapelle.

Témoignage unique de l’histoire des arts décoratifs, de l’orfèvrerie et de l’argenterie à Naples à travers les siècles, le trésor de San Gennaro traduit d’abord les liens personnels qu’ont des napolitains avec le sacré et le divin. Ici le faste sert la transcendance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
A gauche: Mitre, 1713, Matteo Treglia, Naples, Museo del Tesoro di San Gennaro ©Matteo D'Eletto
A droite: Calice, 1761, Michele Lofrano, don du roi Ferdinand IV, Naples, Museo del Tesoro di San Gennaro ©Matteo D'Eletto

Voir ici le teasing de l'exposition

Informations pratiques

Le trésor de Naples. Les joyaux de San Gennaro
Musée Maillol
Fondation Dina Vierny
59-61 rue de Grenelle – 75007 Paris
01 42 22 59 58
www.museemaillol.com

Horaires : Tous les jours de 10h30 à 19h
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30

Tarifs : 13€ /11€
Billetterie en ligne

25 œuvres sont disponibles sur audioguide et sur l’application smartphone du musée

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter