Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

"Roméo et Juliette" renaît à la Comédie-Française

Publié le : 11 Décembre 2015
Shakespeare, auteur prolifique, a 33 ans lorsqu’il publie cette œuvre en 1597. « Roméo et Juliette » est peut-être sa pièce la plus célèbre. Elle nous raconte l’histoire tragique des amants de Vérone, avec la scène mythique du balcon, l’amour absolu et impossible de deux très jeunes gens, stéréotypes amoureux, qui appartiennent à des familles ennemies, les Montaigu et les Capulet.

La pièce est entrée au répertoire de la Comédie-Française en 1920, mais n’avait pas été jouée depuis 1954 ! Il est indispensable de rappeler que l’adaptation était de Jean Sarment, la mise en scène de Julien Bertheau, les décors de Georges Wakhévitch, André Falcon était Roméo et Renée Faure, Juliette. Glorieuse époque !

© Comédie Française

« Il y a un soleil noir dans cette pièce, c’est cela qu’il faut travailler ». Eric Ruf.

Eric Ruf, administrateur de la Comédie-Française depuis août 2014, signe la mise en scène et la scénographie de cette reprise. Selon son propre aveu, son projet consiste à nous raconter une histoire, « et pour cela, écrit-il, il me fallait faire une lecture littérale, m’efforcer d’ôter les filtres, déblayer parmi les couches de sédiments successives. Shakespeare est un immense raconteur d’histoires et celle de Roméo et Juliette est d’un foisonnement extraordinaire ». Et d’ajouter : « Il y a un soleil noir dans cette pièce, c’est cela qu’il faut travailler ».

Le décor nous découvre une Vérone blanchie par la canicule, avec ses vestiges dégradés d’une splendeur oubliée.

© RTL

Les costumes des années 1930-1940, sont signés Christian Lacroix, un fidèle de la Maison… sa gamme de couleurs y est tout à fait inhabituelle : noir de deuil, gris, brun, le seul rouge sera celui du sang.

 
© L'express.fr

L’interprétation de la troupe se révèle juste et homogène… parfois un peu trop démonstrative. Son enthousiasme et sa joie se communiquent aux spectateurs. Jérémy Lopez incarne Roméo, antihéros, ni beau ni laid, mais attachant et crédible. Suliane Brahim est une Juliette primesautière, enfantine et volontaire. Parfois excessive dans son jeu, elle gagnerait en sobriété dans les scènes tragiques.

Bref, on ne s’ennuie pas un instant, le tout est plaisant. On sourit souvent, on rit parfois, mais on n’est guère ému… dommage !

A noter : Le 23 avril 2016 marquera le 400ème anniversaire de la mort de Shakespeare.

        Père Philippe Desgens
               Aumônier des artistes du spectacle

Informations pratiques :

Roméo et Juliette de William Shakespeare 

Du 5 décembre 2015 au 30 mai 2016

Comédie-Française à Paris

Mise en scène par Eruc Ruf

Recherchez sur le site
A ne pas manquer Tous nos Agendas
Inscrivez-vous à la newsletter