Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Les dessins de Parmigianino au Louvre, une plongée dans le processus de création du peintre

Publié le : 13 Janvier 2016
La Madone au long cou, œuvre la plus célèbre de Parmigianino (1503-1540), résume à elle seule la fascination de l’artiste pour la nature humaine. Son souci de perfection esthétique et l’intensité des sentiments exprimés, placent Parmigianino au rang d’initiateur d’un nouveau style devenu, à la deuxième décennie du XVIe siècle, un style européen : le maniérisme. Riche de la plus grande collection d’études de l’artiste, le Louvre propose au regard jusqu’au 15 février 2016 une soixantaine de dessins préparatoires aux sujets variés. Dans ces représentations de scènes mythologiques ou bibliques, l’être humain garde toujours une place centrale.

Le parcours de l’exposition s’appuie sur les déplacements géographiques de Parmigianino au gré des commandes reçues, dans une Italie en proie aux conflits. De Parme à Casalmaggiore en passant par Rome et Bologne, Parmigioanino va diffuser une esthétique fondée sur des formes classiques, qui portera à son paroxysme la notion d’idéal. En effet, comment dépasser la force expressive de Michel-Ange ou la grâce de Raphaël ?

Elevé dans une famille d’artistes respectés de Parme, le « petit Parmesan » aurait été confié au Corrège qui était alors le peintre de la ville le plus engagé dans les idéaux de la Renaissance. Les formules souples, sensuelles et solaires du maître constituent un socle solide dans sa quête du raffinement extrême. Les études à la plume de sa première période d’activité montrent déjà des contours légers, des hachures fines et claires, une lumière sur les corps suggérée par des espaces vacants, des ombres subtilement dégradées. En témoigne cette Tête d’une enfant regardant vers le bas dans laquelle Parmigianino a annoté le sentiment qu’il cherchait à exprimer : « pudicizia » (pudicité).

Francesco Mazzola, dit Parmigianino, Tête d'une enfant ©RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Michel Urtado

En 1524, Parmigianino part pour Rome. Il y découvre les vestiges de l’Antiquité, mais surtout les œuvres de Michel-Ange et de Raphaël, véritable choc esthétique. Il commence alors à élonger les proportions des figures, les lignes deviennent sinueuses, les gestes théâtraux. A Rome Parmigianino s’intéresse particulièrement à la technique de la gravure notamment à l’eau-forte qu’il met en pratique. Il s’associe au buriniste Gian Giacomo Caraglio qui grave son célèbre Diogène. Plusieurs dessins au pinceau sur un trait de pierre noire révèlent également ses recherches auprès d’Antonio da Trento dans la technique de la xylographie en chiaroscuro (l’impression successive de plusieurs bois gravés portant des couleurs et des tons différents).

FRANCESCO MAZZOLA, DIT PARMIGIANINO, La sainte famille avec un ange ou le petit saint Jean) ©RMN-GRAND PALAIS (MUSÉE DU LOUVRE)/MICHEL URTADO

Lors du Sac de Rome en 1527, l’artiste se réfugie à Bologne accompagné des graveurs qui l’entouraient à Rome. Il peut ainsi continuer à exprimer avec justesse l’accord parfait du trait (grâce à la gravure à l’eau-forte) avec la couleur (rendue possible par le chiaroscuro). Dans cette deuxième ville de l’Etat de l’Eglise, Parmigianino reçoit la commande d’un Saint Roch pour la chapelle Monsignori de la basilique San Petronio. Pour préparer ce tableau votif, Parmigianino réalise de nombreuses études. La multiplicité des dessins préparatoires souvent retrouvés recto-verso des feuilles, montrent le foisonnement d’idées de l’artiste et leur évolution dans la conception d’un projet de peinture.

  

FRANCESCO MAZZOLA, DIT PARMIGIANINO, SAINT ROCH UN GENOU EN TERRE IMPLORANT LE CIEL RECTO / VERSO ©RMN-GRAND PALAIS (MUSÉE DU LOUVRE)/MICHELLE BELLOT

Pour La Madone au long cou (ou Madona dal collo lungo) commandé par Elena Baiardo pour orner la chapelle funéraire de son époux dans l’église Santa Maria dei Servi à Parme, un ensemble d’une cinquantaine de feuilles, dont une douzaine conservée au Louvre, permet de découvrir les différentes phases de création de l’artiste.

 

Son parti initial était de représenter, de façon traditionnelle, une Sainte conversation avec la Vierge à l’Enfant entre saint Jérôme et saint François.

Dans le tableau conservé aujourd’hui à la Galleria degli Uffizi à Florence la composition est beaucoup moins conventionnelle. Elle s’articule autour du groupe principal de la Vierge et l’Enfant avancé au premier plan et flanqué à gauche par des anges ; tandis que les deux saints, traités à petite échelle, sont relégués au fond de la scène à droite. Soucieux d’offrir un résultat parfait…l’artiste ne parviendra jamais à achever sa toile.

FRANCESCO MAZZOLA, DIT PARMIGIANINO, Vierge tenant l'Enfant Jésus, adoré par un Ange ©RMN-GRAND PALAIS (MUSÉE DU LOUVRE)/MICHèle Bellot

Une visite au cœur de l’intimité créatrice de ce génie du maniérisme dont l’influence traversa les frontières. Appuyé par le prestige de ses dessins et la diffusion des gravures, le style de Parmigianino s’installa en France avec l’Ecole de Fontainebleau mais fleuri aussi à Prague avec Bartholomeo Spranger ou encore en Espagne dans l’art du Greco.

Informations pratiques
Parmigianino, 1503-1540, Les dessins d’un génie du maniérisme jusqu’au 15 février 2016 au musée du Louvre – Salles Mollien, Aile Denon 1er étage
Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi. Nocturne les mercredis et vendredis jusqu’à 21h30
Renseignements : www.louvre.fr / 0140205500

Recherchez sur le site
A ne pas manquer Tous nos Agendas
Inscrivez-vous à la newsletter