Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Le patrimoine : l’arme idéologique de la Guerre 14-18

Publié le : 18 Mai 2016
Comme en témoigne aujourd’hui l’actualité en Irak et en Syrie, le patrimoine véhicule une forte notion d’identité. Lors des conflits, il représente un enjeu majeur et constitue une véritable arme idéologique. L’exposition « 1914-1918. Le patrimoine s’en va-t’en guerre » proposée par la Cité de l’architecture et du patrimoine, explore l’instrumentalisation et la sacralisation dont a fait l’objet le patrimoine artistique et architectural détruit lors de la Première Guerre mondiale. Au-delà de la perte que ces destructions représentent, elles ont nourrit une propagande et alimenté le mythe des Allemands destructeurs. Une exposition saisissante à découvrir jusqu’au 4 juillet 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fritz Erler, Revue Jugend, 1915, n°5, « Der grosse Brummer » (Le grand mensonge) © Collection particulière
L’Art et les Artistes, numéro spécial « L’Art assassiné », 1917. © Collection particulière

La première des trois parties de l’exposition est consacrée à la manière dont les artistes se sont mobilisés aux premières heures de la guerre. A partir de la destruction de la bibliothèque de Louvain (25-26 août 1914) et de la cathédrale Notre-Dame de Reims (19 septembre 14914), les scènes de dévastations saisies par l’objectif et les caricatures et dessins, faisant état des destructions artistiques et architecturales, circulent massivement dans la presse et sous la forme de cartes postales. Tous les médiums sont utilisés pour véhiculer le thème de la Kultur germanique nourrie de ces destructions, et imprégner ainsi l’inconscient collectif.   

Cathédrale Saint-Gervais et Saint-Protais de Soissons aprés les bombardements de 1914-1915. Vue intérieure de la nef vers le nord-est. Photographie : Jean-Eugène Durand © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, RMN-Grand Palais 

A cette « guerre des images » s’ajoute la « guerre des esprits » : les intellectuels, notamment les historiens de l’art, se mobilisent par leurs écrits. Leurs supports sont les revues diffusées en grand nombre comme la revue « L’art et les artistes » qui n’hésite pas à consacrer à la guerre une série de numéros spéciaux. Selon les propres mots d’Armand Dayot, président de la revue, ces numéros ont pour but de contribuer à fixer le souvenir des inutiles sacrilèges des vandales modernes, à défendre contre le pardon et contre l’oubli, l’odieuse conduite des soldats allemands et des chefs qui conduisaient [...] aux barbares et inutiles destructions des œuvres d’art et des monuments du passé.

Le numéro consacré à la cathédrale de Reims, l’un des traumatismes majeures du début du conflit en matière de destruction, est porté par le médiéviste Camille Enlart, membre de la commission des Monuments historiques. Afin de propager les preuves du vandalisme allemand dans les pays neutres, l’article est même traduit en anglais. C’est d’ailleurs Camille Enlart qui organise à Paris la première exposition sur le vandalisme allemand. Celle-ci a lieu en 1915 au musée de Sculpture comparée, ancêtre de l’actuel musée des Monuments français dans le palais du Trocadéro.

Le chef de l’ange de saint Nicaise (Ange au Sourire) de la cathédrale de Reims mutilé et reconstitué. Photographie : Max Sainsaulieu (1870-1953) © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist RMN-Grand Palais

Elle présente côte à côte les photographies de monuments dévastés et les moulages de sculpture médiévale française exécutés avant la guerre sur certains édifices désormais perdus. De grands panneaux accentuent le message accusateur : « sculpture détruite par les barbares, IIIe-Ve siècle », « sculpture mutilée par les Allemands », etc. Le moulage de l’Ange au sourire de Reims, doté d’un grand panneau « sculpture détruite par les allemands », clôt ce second volet de l’exposition actuelle et introduit la notion de « relique », illustrée par une gargouille crachant du plomb, souvenir du désastre de Reims.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue de l’Exposition d’oeuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais, 1916. Saint Tarcisius par Alexandre Falguière provenant de la chapelle du chateau de Gerbéviller. © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist RMN-Grand Palais
Vue de l’Exposition d’oeuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais, 1916. Ciboire et intérieur d'autel provenant de l'église gerbevilliers ©Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

La dernière partie de la scénographie est consacrée à l’Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi, présentée au Musée des beaux-arts de la Ville de Paris-Petit Palais de novembre 1916 à décembre 1917. Son but est, selon son concepteur Päul Ginisty, d’inspirer plus de colère encore contre l’envahisseur et de présenter, devant les [pays] neutres, le témoignage direct du vandalisme allemand. Les statues décapitées, estropiées, calcinées, récupérées sur le front, se font métaphore de la violence des combats. Les symboles religieux mutilés, comme le ciboire de Gerbéviller, percé par les balles, témoignent de l’atteinte portée aux valeurs et fondements même de la société française. Avec l’exposition de 1916-17, l’instrumentalisation du patrimoine atteint son paroxysme.

Vue de l’Exposition d’oeuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais, 1916. Piéta de Souain (Marne) ©Collection Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Conçue dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, l’exposition 1914-1948. Le patrimoine s’en va-t’en guerre interroge sur la notion d’identité que représente le patrimoine en cas de conflit et se révèle particulièrement d’actualité…

 

Informations pratiques
1914-1948. Le patrimoine s’en va-t’en guerre, jusqu’au 4 juillet 2016
Cité de l'architecture & du patrimoine

Musée - Salle Viollet-le-Duc
Accès : 1, place du Trocadéro, Paris 16e
La Cité est ouverte tous les jours sauf le mardi
Lundi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 11h à 19h
Nocturne le jeudi de 11h à 21h

En savoir plus sur l'exposition : www.citechaillot.fr/fr

Entrée comprise dans le billet d'accès au musée (collections permanentes) tarifs ici

Visioguide remis à l'entrée de la Cité, contre une pièce d'identité (compris dans le prix de l'exposition)

Publication
1914-1918. le Patrimoine s'en va-t-en guerre, aux éditions Norma, 96 pages, 15 euros.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter