Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

L’art contemporain prend ses quartiers d’été au domaine de Chaumont-sur-Loire

Publié le : 14 Juin 2017
Durant tout l’été et jusqu’au 5 novembre 2017, le domaine de Chaumont-sur-Loire expose sa 9e saison artistique, avec une programmation riche en découvertes ! Pas moins de 13 nouveaux artistes ont investi les lieux pour célébrer le lien entre art, nature et patrimoine. Découvrez, en parallèle du festival international des jardins, les créations de ces plasticiens et photographes dans les différents espaces du domaine.

'Glossolalia', installation de Sheila Hicks pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2017 - © Éric Sander

L’artiste américaine Sheila Hicks a répondu à une commande de la région Centre-Val de Loire pour la galerie du Fenil ; c’est ainsi qu’est né « Glossolalia ». Sheila Hicks utilise avec une virtuosité phénoménale le fil, les fibres et leurs couleurs, comme un peintre use de ses pigments. Chaque création est pour elle un voyage, une exploration qu’elle engage avec les merveilleux volumes colorés et les cordages monumentaux dans un vaste éventail de fibres naturelles et synthétiques, qui l’accompagnent en permanence et avec lesquels elle invente ses univers infiniment poétiques.

'Glossolalia', installation de Sheila Hicks pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2017 - © Éric Sander

Artiste accomplie et reconnue, elle expose, dans le même temps, au pavillon des couleurs de la Biennale de Venise.

L’espace du fenil est habité par ces installations de toute taille et de toute couleur, tissages et collage de laine ou de lin savamment agencés. C’est une déambulation sensorielle qui est proposée au visiteur, où fils et textiles donnent forme à un « langage mystérieux » ; c’est ce qu’exprime « Glossolalia », le titre de l’œuvre.

'Le Nid des Murmures', installation de Stéphane Guiran pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2017 - © Éric Sander

Parmi les œuvres admirables que cette édition offre à notre contemplation, il nous faut parler de l’installation de Stéphane Guiran dans le manège des écuries. « Le nid des murmures » est un immense champ de fleurs de quartz que l’artiste a patiemment rassemblées. La poésie du lieu est renforcée par une création sonore composée à partir de murmures d’enfants. « Réunies dans cet écrin posé entre terre et ciel, les quatre mille géodes de quartz deviennent un immense amplificateur de murmures. Un exhausteur de silences. Que chaque visiteur ose y déposer ses songes. Ses vœux. Ses rêves secrets. Et ces silences s’envoleront, par les fenêtres ouvertes, aux souffles du vent. » (S.Guiran)

'Saccharumania', installation de Karine Bonneval pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2017 - © Éric Sander

Les artistes font en effet écho, dans leurs propositions à la thématique du festival des jardins, qui proclame : Flower Power ! et Karine Bonneval n’en fait pas exception. Avec « Saccharumania », le spectateur découvre de délicates fleurs préservées par des bulles de verre. C’est le sucre, matériau aussi fragile qu’inattendu, qui permet à l’artiste de matérialiser pétales et bourgeons en toute poésie. Pour elle, le sucre symbolise un paradoxe, une duplicité, entre le plaisir recherché de sa consommation et son histoire dévastatrice, par le travail des esclaves dans les champs de canne à sucre. Emblématique du meilleur comme du pire de l’humanité, qui aurait cru que le sucre nous ferait cheminer à travers de tels questionnements…

(à g.) Sam SZAFRAN, Sans titre (Lilette dans les feuillages), 2005 © GCB /Jean-Louis Losi, Paris ADAGP, Paris // (à d.) 'ou, prologue pour une chimère', installation de Sara Favriau pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2017 - © Éric Sander

Cheminons encore, dans les jardins oniriques des aquarelles et pastels de l’artiste Sam Szafran, dans les galeries hautes du château, ou les sculptures arachnéennes de la jeune Sara Favriau, du côté de la grange aux abeilles. Ces deux artistes ont en commun une occupation de l’espace, aussi bien verticalement qu’horizontalement, pour nous enfouir dans les méandres de leurs compositions. Le regard s’y perd, s’attarde sur chaque détail, dérangé par une forme de déséquilibre dont il cherche l’origine. A l’inverse, les œuvres de Mâkhi Xenakis et de Andrea Wolfensberger comblent notre soif de régularité, de courbes, de géométries et d’équilibre, que naturellement notre esprit nous amène à rechercher en toute chose.

(à g.) Oeuvre de Mâkhi Xenakis © M. Xenakis // (à d.) '0/1. Zwischen null und eins', installation d'Andrea Wolfensberger pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2017 - © Éric Sander

Bien d’autres artistes offrent leurs œuvres à la contemplation du visiteur, que nous laisserons le soin à tous de découvrir sur le site du domaine de Chaumont ou directement in situ. Les déambulations à travers l’art et la nature sont riches en découverte, cette année encore à Chaumont-sur-Loire, l’occasion de s’adonner avec bonheur à la contemplation et à l’émerveillement.

 

Toutes les informations pratiques sont à lire dans nos pages Agendas en cliquant ici.

Mots-clés associés :
Recherchez sur le site
A ne pas manquer Tous nos Agendas

Inscrivez-vous à la newsletter