Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Fra Angelico au Musée Jaquemart André : un hommage à la lumière (Paris)

Publié le : 12 Octobre 2011
En 2011, le Musée Jaquemart André propose une rétrospective sur l'une des figures les plus audacieuses du Quattrocento : Fra Angelico. Une vingtaine de ses oeuvres majeures sont présentées à côté de celles des « Maitres de la lumière » tels que Lorenzo Monaco, Masolino, Paolo Uccello, Filippo Lippi, Zanobi Strozzi. Une exposition « lumineuse » à découvrir jusqu'au 12 janvier 2012

L’un des évènements majeurs dans l’actualité automnale des arts sacrés est sans nul doute, l’exposition présentée actuellement au Musée Jaquemart André à Paris intitulée « Fra Angelico et les Maîtres de la lumière ». Cette rétrospective, rendue possible grâce aux partenariats établis entre de grands musées italiens, dont la Galerie des Offices de Florence, et des collections de renommée internationale, présente vingt-cinq œuvres de Fra Angelico et autant de peintures réalisées par des artistes qui lui sont contemporains : Lorenzo Monaco, Masolino, Paolo Uccello, Filippo Lippi ou Zanobi Strozzi.

 

Paolo Uccello (1397-1475), Saint Georges terrassant le dragon, Vers 1440, tempera sur bois, 62,6 x 102 cm, Musée Jacquemart-André, Paris © Studio Sébert Photographes

Fra Angelico (1387-1455) commence à peindre avant de rentrer au couvent dominicain Saint Dominique de Fiesole où il prend le nom que nous lui connaissons. Tout au long de sa carrière, Fra Angelico reste actif sur plusieurs supports : il réalise les fresques, que l’on connaît bien, au couvent San Marco de Florence, mais il excelle aussi dans la pratique de l’enluminure et de la peinture sur bois.

Elève de Lorenzo de Monaco, moine tout comme lui, Fra Angelico se forme à Florence, ville emblématique de la révolution artistique qui est à l’œuvre au Quattrocento. En effet, le gothique international imprègne l’ensemble des expressions artistiques mais des innovations en matière de perspective vont faire évoluer les représentations de la figure humaine, des paysages, des architectures….

 

Lorenzo Monaco (1370-1424), Saint Nicolas sauvant un navire, Avant 1424, tempera sur bois, 26 x 58,5 cm, Musée de San Marco, Florence © 2011. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali

Fra Angelico va intégrer certaines de ces innovations dans ses compositions. Passionné par la vie des Saints et les épisodes bibliques, il représente avec audace de multiples scènes religieuses. Il réinterprète certains des thèmes religieux comme celui de la Vierge d’humilité dont il propose de nombreuses variations.

 

Fra Angelico (1387-1455), Vierge à l’enfant, Huile sur bois, 128 x 68 cm, Galerie nationale, Parme © 2011. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali

A mi chemin entre l’art médiéval et la Renaissance, la peinture de Fra Angelico est originale, unique même. Giorgio Vasari dans ses Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, le défini par « un talent rare et parfait ». Reconnu et admiré par ses contemporains, il compte parmi ses nombreux commanditaires les Médicis, famille la plus puissante de Florence.

Sa peinture lumineuse, éclatante par ses ors, élégante par la finesse de ses traits et remarquable par le choix de ses couleurs contrastées fait des émules. Par exemple, Filppo Lippi et Zanobi Strozzi, l’un des principaux assistants du maître imprègnent leur peinture du « style » de Fra Angelico, en particulier dans le traitement de la lumière tout en finesse et en subtilité.

 

Fra Angelico (1387-1455), Le Couronnement de la Vierge, 1434-1435, tempera sur bois, 114 × 113 cm, Galerie des Offices, Florence © 2010. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali

« Peintre du monde religieux, concentré sur les enceintes monastiques, ce peintre-moine peut-il être un soldat de la nouvelle figuration, lui qui apprend son métier auprès de Lorenzo Monaco et des tenants du gothique international. L’exposition organisée par le Musée Jacquemart-André tend à resituer cet artiste original, dont l’expression angélique a souvent été mise sur le compte de son engagement religieux mais qui en réalité n’ignore rien des innovations de ses contemporains et leur oppose souvent des solutions inattendues. Elle ambitionne également de montrer que, loin d’être un peintre isolé, il fut l’un des maîtres les plus suivis, initiateur d’un courant artistique que les spécialistes ont appelé les peintres de la lumière. » Nicolas Sainte Fare Garnot, Conservateur du Musée Jacquemart-André et commissaire associé de l’exposition

 

Le parcours de l’exposition se développe à travers plusieurs sections qui illustrent son propos scientifique. Sont d’abord présentés les œuvres et les artistes qui ont inspiré le jeune Fra Angelico, puis les plus grands représentants de l’art florentin du troisième quart du Quattrocento, auxquels il s’est confronté par l’originalité de son langage figuratif. Grâce à une large série d’images représentant la Vierge à l’Enfant ou « Vierge d’humilité », l’exposition retrace l’évolution du style du peintre à travers trois décennies. Une section est également consacrée aux collaborateurs du moine peintre.

 

  

Zanobi Strozzi (1412-1468), Vierge d’humilité avec deux anges musiciens, Vers 1448-1450, tempera sur bois, 83,5 x 56,8 cm, Museo Poldi Pezzoli, Milan, don d’Antonio et Bianca Leonardi 2001 © Milano, Museo Poldi Pezzoli

Gentile da Fabriano (vers 1370-1427), Saint François recevant les stigmates, Vers 1415, tempera sur bois, 89 x 65 cm, Fondation Magnani Rocca, Parme - Italie © 2011. Photo Scala, Florence


Le commissariat de l’exposition « Fra Angelico et les Maîtres de la lumière » est assuré par Giovanna Damiani, surintendante des Musées de Venise, et Nicolas Sainte Fare Garnot, conservateur du Musée Jacquemart-André. Elle bénéficie également du soutien de Cristina Acidini Luchinat, surintendante des Musées de Florence, d’Antonio Paolucci, directeur des Musées du Vatican, et de Magnolia Scudieri, directrice du Musée San Marco de Florence.

L’exposition bénéficie de prêts de la part des musées suivants : à Florence, la Galerie des Offices, le Musée de San Marco, la Galerie de l’Accademia et le Musée du Bargello, mais aussi le Musée du Louvre, les Musées du Vatican, le Musée du diocèse de Cortone, le Musée du diocèse de San Stefano al Ponte de Florence, la Galerie nationale du Palais Corsini à Rome, le Musée des Beaux-Arts de Budapest, la Fondation Giorgio Cini de Venise, le Musée national de San Matteo de Pise, la Galerie Sabauda de Turin, le Musée des Beaux-Arts de Nice, la Galerie Nationale de Parme, la Fondation Magnani Rocca de Mamiano de Traversetolo (Parme), la Galerie Strossmayer de Zagreb, le Musée de la Collegiata d’Empoli, le Museo Civico de Prato, la Pinacoteca Civica de Forlì, le Musée Ingres de Montauban, l’Académie Carrara de Bergame.

 

Pour aller plus loin : 

Le père Frédéric Curnier-Laroche, sur son blog "Itinéraires italiens du sacré" vous propose une découverte des oeuvres de jeunesse de Fra Angelico.
A lire : Fra Angelico - 1ère partie

 

Les outils d’aide à la visite

Le catalogue
À l’occasion de l’exposition Fra Angelico et les Maîtres de la lumière, un catalogue de 240 pages est édité par le Musée Jacquemart-André et la maison d’édition Fonds Mercator.
Cet ouvrage richement illustré propose une analyse détaillée de chacune des oeuvres présentées dans l’exposition. Des essais des plus grands spécialistes de l’artiste permettront au visiteur de mieux comprendre le rôle majeur de Fra Angelico dans la peinture de la première Renaissance florentine. Le catalogue est mis en vente à la librairie-boutique du Musée Jacquemart-André au prix de 39 euros.

Le site de l’exposition
- Des notices claires et détaillées des oeuvres majeures.
- Des visuels de grand format pour apprécier les oeuvres dans leurs moindres détails.
- La possibilité d’en savoir plus sur l’exposition grâce à des podcasts audio et des reportages photos.
- Des quiz réguliers pour gagner entrées et catalogues d’exposition.

La visite commentée sur iPhone, iPod Touch et iPad
Ce guide de visite, disponible en français et en anglais, propose une présentation vidéo de l’exposition, une introduction complète, le commentaire audio d’une sélection d’oeuvres ainsi que des bonus audio pour en savoir plus sur l’exposition.
La variété des contenus (vidéo, audio, image), les bonus exclusifs et la navigation fluide grâce à la présentation de type « cover flow » en font l’outil indispensable pour une visite approfondie de l’exposition. Le Musée Jacquemart-André propose le téléchargement sur place et sans nécessité d’une connexion 3G grâce à un accès Wi-Fi exclusivement dédié au téléchargement sur l'App Store.

L’audioguide
Un audioguide proposant une sélection d’oeuvres majeures est disponible en deux langues (français et anglais) au prix de 3 €.


HORAIRES ET TARIFS

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.

Nocturne tous les lundis jusqu’à 21h30.
Le Café Jacquemart-André est ouvert de 11h45 à
17h30 et le dimanche de 11h à 15h.
La Librairie-boutique culturelle est ouverte aux horaires du Musée, y compris le dimanche.

Individuels
Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : 8,5 € (étudiants, enfants de 7 à 17 ans, demandeurs d'emploi)
Gratuit pour les moins de 7 ans, les journalistes, les
Membres et le personnel de l’Institut de France.

ACCES
Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussmann - 75008 PARIS
Tel. : + 33 (0)1 45 62 11 59
www.musee-jacquemart-andre.com

Illustration des vignettes de Une : Fra Angelico (1387-1455), Vierge à l’Enfant, Tempera sur bois, 99,5 x, 66,8 cm, Galerie Sabauda, Turin © 2011. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali & Fra Angelico (1387-1455), La Stigmatisation de saint François et saint Pierre le Martyr Tempera sur bois, 24,3 x 43,8 cm, Galerie Strossmayer, Zagreb © L’Académie croate des Sciences et des Arts, La Galerie Strossmayer des Maîtres anciens, Zagreb, Croatie

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter