Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Devenez le Roi-Soleil avec Olafur Eliasson à Versailles

Publié le : 10 Août 2016
Cet été, c’est au tour d’Olafur Eliasson d’introduire l’art contemporain à Versailles. Et l’ambition de l’artiste danois est claire : que le visiteur s’empare avec lui de ce lieu emblématique. Faire du visiteur un coproducteur des œuvres : “L’art a la capacité de transformer nos perceptions et perspectives sur le monde” explique Olafur Elisasson. Marqué par son enfance en Islande dans les vastes espaces vierges et de glaciers ancestraux, l’artiste se plait à confronter dans son œuvre les questions de perception avec une approche sensible et écologique de la nature. Pour ce faire, il propose d’appréhender le réel par des dispositifs optiques qui font vivre aux spectateurs des expériences multi-sensorielles. Métaphores de l’eau, diffraction de la lumière, miroirs piégés, émotions dilatées, silhouettes mouvantes…jusqu’au 30 octobre 2016 Olafur Eliasson nous entraine dans son exploration pour changer notre perception de Versailles, l’aiguiser, l’amplifier.

Le Versailles dont j’ai rêvé est un lieu qui responsabilise chacun. Olafur Eliasson

Waterfall ©ANDERS SUNE BERG

Versailles est tout à la fois un site historique de haute valeur patrimoniale et un microcosme où se croisent des populations de diverses origines et de toutes cultures. Musée et lieu public, il ne pouvait que stimuler un artiste particulièrement intéressé pour aller à la rencontre d’espaces naturels et de ceux forgés par l’histoire culturelle auxquels il accorde également un rôle social. A Versailles les deux s’entremêlent avec la conception du jardin fondée sur un dessin géométrique et les lignes de perspective ; et une architecture au puissant décor à la gloire des monarques qui l’ont initié. 

Historiquement, la cour était à Versailles un lieu d’observation constante – de soi-même et des autres – les strictes normes sociales de l’époque étaient maintenues au moyen d’un réseau de regards. L’architecture baroque du Château servait à accroître la visibilité, devenant l’admirable instrument d’un pouvoir exercé exclusivement par le Roi. Aujourd’hui, nous portons sur Versailles un regard différent, et quand je le visite, je me demande comment vous, visiteur, voyez ce site emblématique. Quel effet provoque-t-il sur vous ? Sommes-nous tous devenus des rois ?

Fog assembly ©Anders Sune Berg

Eliasson aborde le château et le jardin de Versailles comme un champ expérimental. Il n’y installe pas des objets mais conçoit des dispositifs qui engagent le visiteur dans une relation active. Le Versailles dont j’ai rêvé est un lieu qui responsabilise chacun. Il invite les visiteurs à prendre le contrôle de leur expérience au lieu de simplement consommer et être éblouis par la grandeur. Il leur demande d’ouvrir leurs sens, de saisir l’inattendu, de flâner à travers les jardins, et de sentir le paysage prendre forme à travers leur mouvement.

Glacial rock flour garden  ©Anders Sune Berg  

A l’extérieur, les installations forment un triptyque autour du thème de l’eau, omniprésente dans le jardin classique. La cascade dressée dans le Grand Canal prend place dans l’axe majeur, tandis que les deux bosquets (l’Etoile et la Colonnade) réaffirment leur fonction de salons de plein air pour abriter l’un, un voile circulaire de fin brouillard, et l’autre, un tapis de résidus de glacier tout droit venus du Groenland. Ces trois œuvres sont ainsi reliées entre elles par leur thématique commune traçant une continuité et engageant les sens. « J’utilise le brouillard et l’eau pour amplifier le sentiment d’impermanence et de transformation ». « Il s’agit de s’explorer soi-même dans le contexte du jardin, poursuit-il. Dans le brouillard que j’ai installé dans un des bosquets, on perd toute perspective, alors que ce jardin est fait au contraire pour guider la perspective. Mais se perdre, c’est aussi se recalibrer, créer un système de navigation. C’est le début de quelque chose de nouveau ». Et si Olafur Eliasson laisse apparent les éléments de construction c’est pour « étendre la portée de l’imagination humaine ».

Your sens of unity ©ANDERS SUNE BERG

A l’intérieur du château c’est le regard qui est sollicité dans un jeu successif de miroirs et de mises en abîme. Le décor des salons n’est pas transformé mais il s’amplifie en démultipliant les points de vue. Le spectateur découvre avec surprise son image dans des situations inattendues, les salles s’agrandissent, se transforment, révèlent leur mystère. Déplacements et déstabilisations modifient l’appréhension des salles en y invitant le visiteur comme participant actif. L’artiste exalte la fluidité du cadre baroque qui lui permet de reconstruire une autre réalité.
Il développe également des projets architecturaux et des propositions qui cherchent à donner à l’art une perspective sociale.

Solar compression ©ANDERS SUNE BERG

« J’aime l’idée que l’art baroque soit conçu pour ne jamais décevoir les gens. Il y a comme un contrat de confiance : le regardeur sait que ce qu’il voit s’apparente à du théâtre, mais il accepte d’entrer dans une expérience construite, car elle parie sur son intelligence. J’ai moi aussi envie d’exprimer cette confiance en chacun, en la volonté de faire entendre sa voix. Tout est affaire de connexion, de l’art aux enjeux climatiques. Il s’agit de se donner la main, d’être connecté au soleil, et de se dire : « Moi aussi je peux être le Roi-Soleil. »

Laissez-vous dérouter par des phénomènes visuels établissant une nouvelle perception de l’espace, une relecture de Versailles.

Informations pratiques

Olafur Eliasson Versailles, jusqu'au 30 octobre 2016

ACCÈS AUX OEUVRES
Entrée de l’exposition dans le Château et les Jardins par la Cour d’Honneur du Château de Versailles

Dans le château
Tous les jours sauf le lundi de 9h à 18h30
Conditions normales de visite, billet Château non surtaxé pour l’exposition

Dans les jardins
Tous les jours de 8h à 20h30
Entrée gratuite
Sauf les jours de Grandes Eaux Musicales, de Jardins Musicaux (de 9h à 18h30) : Les samedis et dimanches jusqu’au 30 octobre 2016, les mardis du 7 au 28 juin puis du 5 juillet au 25 octobre, les vendredis du 1er juillet au 30 septembre ainsi que le jeudi 14 juillet.
(Attention : Fermeture anticipée du jardin à 17h30 les samedis du 18 juin au 17 septembre, le jeudi 14 juillet et le dimanche 30 octobre 2016)

Toutes les informations pratiques : www.chateauversailles.fr/les-actualites-du-domaine/evenements/evenements/expositions/olafur-eliasson

Solar Compression ©ANDERS SUNE BERG
Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter