Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Crèche contemporaine à l’église de La Madeleine, « Avènement » de Samuel Yal

Publié le : 22 Décembre 2016
Pour la 7e année consécutive, l’église de La Madeleine à Paris a souhaité donner à un artiste contemporain la possibilité de témoigner des mystères de la Nativité dans la réalisation d’une crèche. Pour ce Noël 2016, les visiteurs et paroissiens pourront découvrir jusqu’au 2 février 2017, à gauche du cœur, la crèche en cire de Samuel Yal intitulée « Avènement ». L’artiste qui travaille depuis de nombreuses années sur le visage et le corps, modelés, répétés, fragmentés, a cette fois créé une œuvre dont l’unique visage sculpté est celui de l’enfant endormi. Autour de lui, les mains suspendues sont autant d’absence de corps tout entiers…un passage entre visible et invisible pour que chacun se retrouve dans ce qui s’accomplit.

Le médium habituellement privilégié par Samuel Yal (né en 1982) est la porcelaine. Cette fois, l’artiste a fait le choix d’un autre matériau fragile à la blancheur translucide, mais qui évoque toute la puissance de ce qu’il porte : la cire des bougies consumées dans l’église de La Madeleine. Tant de prières prolongées dans le geste. « Le Christ, nouvel Adam, nous fait revivre la beauté de la Création, cette création primordi¬ale où Dieu façonna l’homme à son image en modelant de la glaise. Ici, point de glaise, mais de la cire. Signe de la prière des hommes, des femmes, des enfants, cette pâte humaine pétrie par Dieu depuis l’origine du  monde. Ainsi naît la vie humaine voulue, créée par Dieu. » commente le Père Bruno Horaist, curé de la Madeleine. « Matière malléable sensible à la chaleur au point de pouvoir « se liquéfier », comme le disaient certains mystiques à propos du cœur des saints » poursuit l’artiste Samuel Yal.

Au centre de l’installation, un enfant nu, seul, est recroquevillé. Autour de lui, personne. Des attitudes seulement. Une dizaine de paires de mains de tous les âges sont suspendues et éclairent l’enfant comme des lucioles dans la nuit. « Les unes ouvertes, accueillantes, maternelles ou paternelles, les autres hésitantes…Certaines pourraient presque s’ouvrir… » observe l’artiste.

Les mains des personnes présentes dans la crèche cette nuit-là ? Et pourquoi pas les nôtres ?

« Elles ouvrent l’espace des possibles. Un espace entre clair et obscur, parcellé de petites lumières blanches suspendues elles aussi, qui viennent citer la nuit profonde et étoilée qu’est la nuit de notre monde, celle d’une naissance devenant avènement : Noël. »

On dirait que deux versets des psaumes s’y rencontrent : Les montagnes fondent comme cire devant l’Éternel (Ps 96, 5) et Dieu comble son bien-aimé quand il dort (Ps 126, 2). Fabrice Hadjadj

Samuel Yal explique : L’enfant repose sur un amas de paille dense, noir et blanc. Il s’agit de photographies passées à la broyeuse d’archives, magma de papier qui se déploie et reconstitue au sol un parterre de photographies. Humus d’humanité, strates de l’Histoire, la nôtre, celle qui brûle encore nos mémoires et le monde.

De Bernadette Soubirou à Adolf Hitler en passant par Anne Frank, Oussama Ben Laden, Charles Peguy, Coluche ou les Frères de Thibbirine; Fidel Castro ou Frère Jacques Hammel, Martin Luther King ou Augusto Pinochet, John Lennon au Paul Claudel, etc.

Tous y sont, continue Samuel Yal : saints, criminels, martyrs, bourreaux... tous enchevêtrés les uns aux autres, solidaires de ce qui nous traverse. Clichés de tous les visages que peut prendre l’Humanité. « La photographie est en quelque sorte le lieu du Jugement Universel, elle représente le monde comme il apparaîtra au dernier jour (...)», écrivait Giorgio Agamben1. Il se pourrait que Noël soit ce dernier jour. Celui où, face à un enfant nu, tout se révèle et tout peut commencer à nouveau.

Comme l’exprime le Père Bruno Horaist, au-delà de ces quelques mains, sans compter celles de l’artiste, présentes à travers son œuvre, c’est toute l’humanité qui est suggérée par ce lit, cette couche de visages humains surpris dans l’actualité des journaux. Car cet Enfant naît pour ses proches mais aussi pour se faire le prochain de tous les lointains de la terre.

A la demande de l’artiste, le philosophe et critique d’art Fabrice Hadjadj a écrit un texte distribué en soutien à la prière et à la méditation. Les enfants pourront découvrir la crèche de Samuel Yal avec un support ludique prévu à leur intention.

Informations pratiques

Avènement de Samuel Yal
Eglise de La Madeleine
Place de la Madeleine – 75008 Paris

La crèche est visible tous les jours de 9h30 à 19h
Entrée libre

 

 

 

Avènement from Samuel Yal on Vimeo.

Photos: Samuel Yal, Avènement, Cire, papier et diodes, église de la Madeleine, 2016 © Web Style Story
Mots-clés associés :
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter