Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Au Louvre, le trésor exceptionnel de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune

Publié le : 11 Avril 2014
Jusqu’au 16 juin 2014, le musée du Louvre accueille l’un des plus prestigieux trésors de l’Occident médiéval : celui de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune. Cette abbaye suisse, peu connue du grand public est pourtant une référence pour les spécialistes de l’art médiéval. Pour célébrer ses 1500 ans d’existence, elle effectue de grands travaux de réaménagements : une occasion unique d'exposer au grand jour, grâce à la collaboration de Mgr Roduit, le père-abbé, des chefs-d’œuvre dont la plupart quitte l'abbaye pour la première fois.

Dans un parcours chronologique sont présentées dix-neuf joyaux d'exceptions, de précieux textiles, des manuscrits, ou encore des pièces d’archives, datant du haut Moyen-âge jusqu’au XVème  siècle.

Vase de sardoine dit de saint Martin © Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice. Jean-Yves Glassey et Michel Martinez

Reliant l’Italie du reste de l’Europe, Agaune fut dès l’Empire romain, un lieu de passage très fréquenté : légions romaines, pèlerins, ou encore souverains se rendant d’une partie à l’autre de leur territoire ont jalonnés l’histoire de l’abbaye.

Les quelques stèles présentées évoquent ce passé romain: Agaune servait de lieu de péage pour les marchandises. Dans cette étape incontournable au franchissement des Alpes, l’empereur Maximien envoya une légion venue de Haute-Égypte: c’est l’histoire du martyre de Saint  Maurice. Les chrétiens d’Égypte, en refusant d’obéir aux ordres contraires à leur foi, y furent massacrés vers 285 ou 302.

Deux siècles plus tard, en 515, le prince burgonde Sigismond y fonde une abbaye vouée à la louange et au culte de Saint-Maurice. Commence ainsi la longue histoire de l’abbaye, tour à tour protégée par les souverains burgondes, les papes et les comtes de Savoie.

Manuscrit. Bible glosée © Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice. Martinez

Saint-Maurice, patron du Saint Empire romain Germanique, était vénéré par les plus grands souverains d’Occident pour lesquels il offrait le modèle idéal du chevalier chrétien. Ainsi, au fil des siècles, l’abbaye reçut en don de précieux reliquaires qui constituent aujourd'hui son trésor exceptionnel. Celui-ci illustre brillamment la création du Moyen-âge et rassemble quelques-unes des œuvres emblématiques de l’histoire de l’art de l’Occident médiéval.

Châsse de saint Sigismond et de ses enfants© Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice. Photo Nathalie Sabato

Ont étés privilégiés les œuvres d’orfèvrerie mérovingiennes et carolingiennes dont on ne trouve plus de pièce en France : le petit coffret-reliquaire de Teudéric, une longue inscription sur son revers honorant Saint Maurice, demeure l’une des œuvres les plus séduisantes et les plus attachantes qui subsistent du temps des mérovingiens.


L’époque carolingienne est représentée entre autre par l’aiguière de Charlemagne (utilisée pour verser l’eau du baptême) probablement offerte par Charles le Chauve. Cette aiguière aux couleurs chatoyantes est ornée de médaillons convexes qui sont une des plus complexes réalisations de l’émaillerie cloisonnée sur or.  Sur un fond vert translucide se détachent d’un coté l’arbre de Vie flanqué de deux lions, et de l’autre deux griffons qui s'affrontent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aiguière dite de Charlemagne © Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice. Jean-Yves Glassey et Michel Martinez

De l’art roman subsistent les créations les plus exemplaires. Au XIIème siècle, l’abbaye connait en effet une période faste. Un atelier d’orfèvrerie y voit probablement le jour. Le magnifique chef-reliquaire de Saint-Candide, compagnon de Saint-Maurice fut probablement exécuté  en cette période. Sur son socle est figurée la scène du martyre : un ange emporte  l’âme de Saint Candide vers le ciel, tandis que sa tête tranchée tombe sur le sol. Au dessus, le magnifique visage idéalisé du saint, orné d’une barbe et d’une moustache, exprime la sérénité atteinte dans l’au-delà. Sur ce même socle se trouve l’inscription : "Tandis que par le glaive Candide est ainsi sacrifié, son esprit gagne les astres; en échange de la mort, la vie lui est donnée".

Reliquaire de saint Candide© Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice. Jean-Yves Glassey et Michel Martinez

Le parcours s’achève par des pièces emblématiques de la période gothique, et du « style 1200 »  avec la spectaculaire Coupe-ciboire  au centaure, composée de dix médaillons figurant des scènes de l’enfance du Christ jusqu’à son baptême. Ou encore le reliquaire de la Sainte Épine, en cristal, or et argent doré, offert par Saint Louis à l’abbaye en échange de reliques de Saint Maurice.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reliquaire de la Sainte-épine (gauche)  et Coupe-ciboire au centaure(droite) © Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice. Jean-Yves Glassey et Michel Martinez

L’exposition présente également une partie des tissus précieux et extrêmement anciens qui accompagnaient les reliques. Ces textiles, exposés pour la première fois, donnent l’occasion de percevoir tous les aspects du culte voué aux reliques des saints au Moyen-âge. Fragments de soieries provenant d’ateliers impériaux de Constantinople, textiles comparables aux tissus coptes trouvés à Antinoé, en Égypte ou encore taffetas de soie provenant d’Asie centrale, illustrent la richesse des dons faits à l’Abbaye et l’étendue des relations et échanges entre Occident et Orient au cours du Moyen-âge.

Bourse à relique brodée © Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice. Abegg-Stiftung CH3132 Riggisberg 2013 Christoph von Viràg

À travers un trésor miraculeusement conservé au fil des siècles, rare vestige d’une époque révolue, cette exposition permet de découvrir une part importante de la création d’orfèvrerie au Moyen-âge. Elle rend compte de la richesse et de l’étendue des liens spirituels et artistiques entretenus par une abbaye millénaire avec l’ensemble de la Chrétienté.

 

Laure-Emmanuelle Thiébault.

Informations pratiques :
Trésor de l'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune au Musée du Louvre,
Jusqu'au 16 Juin 2014
Horaires : 9h-17h45 | nocturne mercredi et vendredi jusqu'à 21h45 | fermé le mardi
Tarifs : entrée au Musée 13€  | gratuit -26ans UE

L’abbaye Saint Maurice d’Agaune, dont la vie religieuse est ininterrompue depuis le VIème siècle, fête ses 1500 ans le 22 Septembre 2014 : http://www.abbaye1500.ch/

Recherchez sur le site
A ne pas manquer Tous nos Agendas
Inscrivez-vous à la newsletter