Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

58 artistes explorent le domaine du rêve à Bourg-en-Bresse

Publié le : 31 Décembre 2013
A travers toute la diversité des formes de l’art actuel, l’exposition « Au-delà de mes rêves » qui a lieu actuellement à Bourg-en-Bresse jusqu’au 23 février 2014, révèle la richesse d’inspiration que représentent les domaines du sommeil et du rêve pour les artistes. Plus de 100 œuvres de 58 artistes contemporains sont ainsi présentées en deux volets : à l’espace d’art contemporain H2m et au monastère royal de Brou.

Peu à peu explorés par les musées, comme dans l’exposition « La Renaissance et le rêve : Bosch, Véronèse, Greco… » du musée du Luxembourg, le sommeil et le rêve ont fasciné les artistes de toutes les époques de l’histoire de l’art.

Cette fois, ce sont les artistes contemporains qui visitent cette thématique dans une centaine de dessins, peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations.
La ville de Bourg-en-Bresse accueille cette ambitieuse exposition en deux endroits:

H2m, ancien Hôtel Marron de Meillonnas devenu espace d’art contemporain, montre des œuvres explorant la figure du dormeur, les attributs et la dimension physique du sommeil dans ses versants les plus poétiques. Il interroge également la conception freudienne du rêve, clé de notre psyché et moteur profond de la création artistique.

« Pillow for the Dead » de Rei Naito évoque le dernier voyage et la tradition ancestrale japonaise d’accompagnement et de mémoire des morts. Les trois œuvres minuscules, légères comme un souffle, fragiles et délicates, sont des « oreillers pour les morts ». Seul un ange pourrait y déposer la tête sans les écraser. Ces trois oreillers pour le repos des âmes défuntes proviennent de « Being Called », un ensemble de 300 oreillers, inspiré par les fragments des fresques de Jörg Ratgeb, peintre allemand du début du 16e siècle au Couvent des Carmes de Francfort.

Rei Naito, Pillow for the Dead (série de 3 oeuvres), 1999 Courtesy CNAP ©Galerie Jennifer Flay

Cette sorte d’ultime requiem exprime la recherche méditative de l’artiste japonais Rei Naito, dont l’art très épuré porte toujours une dimension très poétique et à la lisière du sacré.

Le monastère royal de Brou visite plus particulièrement les dimensions oniriques et métaphoriques de cet état intermédiaire de conscience, jusqu’au grand sommeil. Le parallèle entre la « mort éphémère » et le « sommeil éternel » établi dès l’Antiquité, est récurrent et apparaît pertinent dans cette fondation funéraire qu’est le monument.

Dans la nef de l'église de Brou, se déploient avec poésie, majesté et spiritualité les ailes  flottantes d’un « Ange de feu ». Pour Shigeko Hirakawa, ces ailes d’un rouge flamboyant évoquent celles d’un séraphin : « Les séraphins auraient trois paires d’ailes : deux ailes cachant la face, deux autres cachant les pieds, la dernière paire d’ailes étant utilisée pour voler. »

La question est donc posée : êtres spirituels, a priori immatériels, quel type de corps les séraphins pourraient-il avoir ? ou bien : leurs ailes sont-elles leur seul corps ? Aussi peut-on imaginer que les ailes du séraphin que nous verrions ici ne seraient que la trace visible, l’aura de son passage.

Shigeko Hirakawa, L'Ange de feu, installation in situ, 2013 ©Denis Vidalie-monastère royal de Brou

Au travers de cette œuvre monumentale, Shigeko Hirakawa croise les univers symboliques du rêve et de la spiritualité, de la religion et de la nature: son œuvre ouvre à une multiplicité d’interprétations poétiques.

Au cœur du second cloître du monastère s’élève « Lit végétal » de Monica Mariniello, le plus étonnant des ouvrages exposés. Un lit d’herbes tressées et d’écorces, de branches délicatement entrelacées et de pierres, soutenu par un baldaquin de jeunes magnolias.

Ce lit végétal et minéral, réalisé in situ pour l’exposition, offre une vision romantique au milieu des pierres ancestrales du cloître. Un lit de conte de fées, un lit fait pour la méditation et les rêves, dont la fragilité contraste en douceur avec l’intemporalité de son environnement.

Monica Mariniello, Lit végétal, installation in situ, 2013 ©Denis Vidalie-monastère royal de Brou

L’univers de cette artiste, dont la spiritualité s’enracine dans les mythologies et les civilisations anciennes, ouvre ainsi à une poésie du contraste – à la permanence de la pierre, du fer répond la fugacité des éléments qu’elle capture –, de l’éphémère et de la métamorphose. Ses productions, qu’il s’agisse de sculptures, de photographies ou d’installations, souvent propices à la contemplation, conduisent tout doucement à retrouver en son monde intérieur les souvenirs oniriques de paysages passés ou imaginaires.

Textes extraits du catalogue de l’exposition.

 

Informations pratiques
 

Monastère Royal de Brou
63 boulevard de Brou, 01000 Bourg-en-Bresse.
Tel : 04 74 22 83 83. Fax : 04 74 24 76 70.
brou.monuments-nationaux.fr

exposition ouverte tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 17h, sauf le 1er janvier.

plein tarif : 7.5 € / tarif réduit : 4,50 €

H2m - espace d’art contemporain
Hôtel Marron de Meillonnas
5, rue Teynière, 01000 Bourg-en-Bresse.
Tel : 04 74 42 46 00
www.bourgenbresse.fr / www.cheminsdelaculture.fr

exposition ouverte tous les jours de 13h à 18h sauf le 1er janvier.
Entrée et animations gratuites.

Recherchez sur le site
A ne pas manquer Tous nos Agendas
Inscrivez-vous à la newsletter