Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Expo : "Aucun de ses os ne sera brisé" Myriam Mihindou à la Galerie Saint-Séverin, Paris

La galerie Saint-Séverin (Paris) inaugure une nouvelle exposition sous la houlette de son nouveau commissaire, Alicia Knock, conservatrice au Centre Pompidou. Pour cette première, elle a choisit d'inviter l'artiste franco-gabonaise Myriam Mihindou qui travaille sur la notion de limites, de l'espace, du temps, du corps.
  • Quand ?

    du 22/02 à 18h10 au 26/04 à 23h55

  • Où ?

    Galerie Saint-Séverin, Paris

  • Ajouter un événement au calendrier

    vCal iCal

La Lopa - MYRTE - fil de soie - étymologie - chanvre - fleurs de coton - plume - Paris 2015-2016 - (en deux parties, tête de la louve et socle de coton - (la dernière louve). © Myriam Mihindou, courtesy Myriam Mihindou, galerie Maïa Muller

Myriam Mihindou est une artiste franco-gabonaise qui travaille le corps et la sculpture dans une chorégraphie réciproque, habitée par la mémoire comme par l’énergie organique et spirituelle des lieux et des matériaux, « fragiles incassables » : savon, coton, cire... Elle produit pour la galerie Saint-Séverin une performance autour de la dernière Louve, figure matricielle dans son travail : La Lopa - Myrte - fil de soie - étymologies - chanvre - fleurs de coton - plume - Paris 2015-2016 - (en deux partie, tête de la louve et socle en coton - (la dernière louve).

Dernière de la série des neuf louves qu’elle a sculptées, elle apparaît comme un martyr à la tête tranchée mais semble aussi offerte à une possible résurrection. Cette louve, déposée dans la vitrine pensée comme un reliquaire, s’oppose aux autres Louves suspendues de l’artiste, hantées par la mémoire des « strange fruit ».

La louve dernière, posée sur son socle de coton est une offrande, de blessure et de guérison, qui rend hommage à l’énergie féminine et à ses forces régénératrices, elles-mêmes au cœur de l’œuvre de l’artiste. Cette déposition est enveloppée par un ex-voto : psaume de douceur de langue secouée, en attente de surgissement -depuis le titre du projet- pour polir un temps de secousse.

La série des Langues secouées, elle aussi opératoire dans le travail de Myriam Mihindou, est une tentative d’appropriation corporelle de l’étymologie, qui intègre les généalogies croisées, conscientes et inconscientes, habitant notre rapport au mot, notamment quand il est traversé par le corps. Derrière le verre de la vitrine, la tête de la louve conserve l’énergie de son squelette : « [elle] garde tous ses os, aucun d’eux n’est brisé » (Jean 19, 36).

- Alicia Knock, commissaire de l'exposition

 

Informations pratiques

Exposition "Aucun de ses os ne sera brisé" Myriam Mihindou à la galerie Saint-Séverin, 4 rue des Prêtres-Saint-Séverin, 75005 Paris.

Commissariat : Alicia Knock.

Jusqu'au 26 avril 2018.

L'exposition est visible jour et nuit tous les jours de la semaine.

Plus d'informations : http://www.artculturefoi-paris.fr/

Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter