Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Narthex vous dévoile son nouveau blog consacré au cinéma !

Publié le : 22 Septembre 2015
Depuis sa naissance, le cinéma fascine. Il agit comme révélateur des modes et des interrogations de la société. Il offre aussi une vision documentaire du monde. Le cinéma tient du miroir. Les jeunes en raffolent, les plus âgés le fréquentent de plus en plus. On y va seul, en amoureux, entre amis ou en famille. A l’ère du numérique, du streaming ou de la vidéo, le public peut avoir accès aux films en un clic. Il continue pourtant de fréquenter les salles et même de plus en plus. Faites le constat par vous-mêmes : rares sont les lieux aujourd’hui où l’on consent à couper son portable pendant 2h et à s’asseoir dans le noir à côté de parfaits inconnus.

Le cinéma, par son contenu et le rite culturel qui l’accompagne, représente donc un lieu propice au surgissement du spirituel. Les spectateurs réunis dans la salle, comme dans une communion, partagent la vision d’une même œuvre. Réunissant tous les arts, le cinéma possède, à un degré remarquable, des qualités plastiques et intellectuelles qui, entre des mains d’artistes talentueux et cultivés permettent ce surgissement du spirituel. «Un film a une âme, nous dit Henri Agel,  quand il nous apparaît que son inspiration, sa mise en œuvre, son interprétation pénètrent tous les éléments du public d’une impression profonde et irréductible à une simple satisfaction psychologique, affective ou esthétique » (Le cinéma a-t-il une âme ? Paris, CERF, Coll. 7ème Art, 1952). Le Lys brisé de Griffith, presque tous les films de Chaplin, Jeanne d’Arc de Dreyer en sont quelques exemples. A la suite de Henri Agel, d’autres auteurs comme Jean Collet, Guy Bedouelle ou plus récemment Michèle Debidour se sont inscrits dans cette démarche.

«Un film a une âme,  quand il nous apparaît que son inspiration, sa mise en œuvre, son interprétation pénètrent tous les éléments du public d’une impression profonde et irréductible à une simple satisfaction psychologique, affective ou esthétique » Henri Angel.

© www.morguefile.com

La découverte de 2001 l’Odyssée de l’Espace de S. Kubrick sur un magnifique et gigantesque écran alors que j’étais adolescent fut ma première expérience spirituelle au cinéma et a marqué le début de mon attirance pour le Septième Art.
Dès lors, ressentant ce besoin d’aller au-delà de ce qui se donne à voir, j’ai cherché à m’intéresser au cinéma en tant que langage, comme on ferait une analyse littéraire. Le langage est porteur de sens, riche de significations qu’il importe de décrypter, qui plus est lorsqu’il peut être porteur de quelque chose qui nous dépasse, ce qui m’intéresse ultimement.

© WWW.MORGUEFILE.COM

C’est pourquoi à travers ce blog, j’entends explorer, promouvoir le cinéma sous différents angles, afin d’y dévoiler cette quête du sacré et du spirituel. Je prends ici ces deux termes de « sacré » et de « spirituel » dans leur acceptation la plus large possible. Il s’agit de ce qui dépasse l’homme, son besoin d’être relié à quelque chose de supérieur, ses inspirations profondes, ce qu’il y a d’universel dans sa condition. Aimer le cinéma, c’est aimer la vie. Je veux montrer que le cinéma est dans la vie et la vie dans le cinéma. C’est-à-dire qu’il parle de l’homme, il est capable d’atteindre son intime profondeur, sa conscience voire son âme et inversement, les films se nourrissent de notre humanité et des questions qui la traversent.

Outre des critiques de films, le lecteur trouvera ici une vision généraliste du Septième Art sous différents angles : des portraits de professionnels, des analyses, des articles sur des livres, sur des bandes originales, des réflexions de fond mais aussi des analyses historiques, sociologiques sans oublier le marketing, les médias, la vie des festivals…

© WWW.MORGUEFILE.COM

Dans une interview accordée à la revue de la Cité de la musique (n°55 sept 2007), le philosophe Marcel Gauchet parle de l’art comme d’un « substitut du sacré ». Le cinéma peut prendre cette fonction et devenir en effet une communication de l’incarnation de ce «sacré» qui semble avoir disparu de notre monde moderne. Plus que jamais le cinéma se pose comme reflet de la vie mais aussi donne accès à un au-delà de nos existences ; il devient chemin vers l’Autre, moteur de pensée et provocateur de rencontre !

Je vous souhaite de bonnes lectures sur ce blog qui je l’espère vous incitera à vous déplacer en salle. Je vous invite à réagir et à me contacter si vous en avez envie sur mon webzine sacrecinema.com

Pierre Vaccaro

Auteur du webzine Sacré Cinéma

Ces articles peuvent aussi vous intéresser
DHEEPAN de Jacques Audiard, Palme d'Or en toc
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 - 5 ?
Your answer:
Pierre Vaccaro

Titulaire d’une maîtrise d’Histoire du cinéma à l’Université de Tours et d’un master en Communication au Celsa, Pierre Vaccaro a aussi étudié la théologie à l’Institut Catholique de Paris. Le cinéma représente pour lui une passion depuis de nombreuses années. Plusieurs travaux de recherches et de rédactions, notamment pour la revue 1895 de l’Association Française de Recherche sur l’Histoire du Cinéma, pour des sites de cinéma, ou encore pour Le Courrier Français via le groupe Bayard lui ont valu de collaborer pendant quelques années au Jury œcuménique au Festival de Cannes. Il a lancé en 2015 un nouveau webzine intitulé Sacré Cinéma www.sacrecinema.com où il partage sa vision humaniste du 7ème Art.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter