Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

En bref : Midnight Special de Jeff Nichols

Publié le : 12 Avril 2016
Avec Take Shelter, Jeff Nichols avait conquis le coeur de beaucoup de cinéphiles. Son Midnight Special, attendu comme le loup blanc, procure pour la première fois le sentiment d'une certaine déception. Jeff Nichols semble avoir été contraint de rentrer dans un certain formatage de récit et du coup être bridé dans sa liberté d'expression.

Est-ce un film de commande ? Il est permis de le penser au vu du producteur distributeur, la Warner, à la recherche de jeunes talents. Le réalisateur prend pour cadre le film de SF en rendant au passage un bel hommage aux films des années 80 tels que E.T. ou Rencontre du 3ème type. Il parvient tout de même à garder sa patte personnelle au travers de certaines scènes, avec son art de la mise en scène bien particulier qui dégage du mystère, de la métaphysique, une tension psychologique et spirituelle.

On y retrouve ses thèmes favoris que sont la foi, la critique du fondamentalisme religieux avec ses courants apocalyptiques, l'obsession de protéger sa famille, la perte. Ici il s'agit d'un père qui cherche à tous prix à protéger son fils. Les liens qui les unissent représentent l'élément le plus intéressant du film. Centré sur le point de vue de l'enfant, le film inverse la filiation : c'est le jeune héros vu comme sauveur qui apprend à son père la paternité (Faut-il y voir le reflet d'une société qui met en avant la figure de l'enfant roi tout puissant, objet de toutes les attentions, inversant ainsi les repères de filiation ?).

Le film montre la foi que le père doit mettre dans son fils, appelé à quitter ce monde, à partir vers un ailleurs que chacun peut symboliser à sa manière (maladie, mort, départ...). Des thèmes forts donc. Malheureusement le film patine et tourne en rond, perdant en profondeur et ne faisant qu'effleurer son sujet. Sans compter le jeu des acteurs souvent simplistes et une BO assez redondante... Souhaitons que Jeff Nichols ne passe pas du côté obscur des studios ! Gageons qu'il restera un cinéaste libre et indépendant : il n'y en a pas tant que ça dans le paysage actuel du cinéma américain.

photos: Michael Shannon et Jaeden Lieberher dans Midnight Special de Jeff Nichols 
Prod DB-Warner Bros.-Tri-State Pictures

 

Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 ?
Your answer:
Pierre Vaccaro

Titulaire d’une maîtrise d’Histoire du cinéma à l’Université de Tours et d’un master en Communication au Celsa, Pierre Vaccaro a aussi étudié la théologie à l’Institut Catholique de Paris. Le cinéma représente pour lui une passion depuis de nombreuses années. Plusieurs travaux de recherches et de rédactions, notamment pour la revue 1895 de l’Association Française de Recherche sur l’Histoire du Cinéma, pour des sites de cinéma, ou encore pour Le Courrier Français via le groupe Bayard lui ont valu de collaborer pendant quelques années au Jury œcuménique au Festival de Cannes. Il a lancé en 2015 un nouveau webzine intitulé Sacré Cinéma www.sacrecinema.com où il partage sa vision humaniste du 7ème Art.

Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter