Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Le buffet d'orgue: une architecture

Publié le : 12 Septembre 2014
Les 20 et 21 septembre prochains sera inauguré le grand orgue de la cathédrale Notre Dame de Paris à l’occasion de la fin des travaux de la dernière tranche de restauration. Après plusieurs mois de silence résonnera à nouveau cet instrument sous les voûtes séculaires de la cathédrale, fascinantes dans leur monumentalité et leur immuabilité : la beauté de l’architecture se révèle en s’unissant à la splendeur musicale. Mais l’orgue est aussi une architecture témoin des siècles passés comme de la création contemporaine. Petit voyage au pays des orgues de cathédrale…

orgue de cathédrale de Strasbourg

Un des plus anciens buffets d’orgue de cathédrale est celui de Strasbourg dont la tribune avec son pendentif et sa balustrade date du 14ème siècle. Le grand buffet avec sa réplique au-devant de la tribune, qu’on appelle le positif, fut installé entre 1430 et 1434 : sa grande tourelle centrale à trois pans reprise au positif est caractéristique de cette haute époque de la facture d’orgue. Les décors ajoutés au 18ème siècle dialoguent harmonieusement avec l’ornementation de la tribune et du couronnement venue de l’époque gothique.

orgue de la cathédrale de Poitiers

Le grand orgue de la cathédrale de Poitiers est un magnifique exemple de buffet classique, français, construit à l’extrême fin du 18ème siècle, juste avant la Révolution. On peut y voir tout ce qui caractérise ce style d’architecture mobilière : symétrie parfaite, alternance de tourelles arrondies aux extrémités et au centre du grand buffet encadrant des plates-faces rappelant l’image d’un château avec ses murailles et ses tours (le positif ne comporte pas de tourelle centrale), couronnement de pots à feu et d’un ange sonnant de la trompette au centre, trophées d’instruments de musique sur le positif, têtes d’angelots aux pieds des grandes tourelles. Equilibre de la symétrie, sobriété de l’ensemble et richesse des détails font de ce buffet de Poitiers un chef d’œuvre de hucherie. 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Photo orgue cathédrale d’Evreux

L’orgue de la cathédrale d’Evreux a été inauguré en 2006. Il s’agit d’un buffet contemporain utilisant formes et matériaux bien de notre temps et qui s’harmonisent heureusement avec l’architecture de la cathédrale, haute et étroite. Deux grandes idées ont présidé aux choix du créateur :

1° entrer en résonance avec la verticalité des piliers et ainsi inviter à s’élever vers les sons comme on s’élève vers la lumière,
2° favoriser la propagation des sons dans tout l’édifice au moyen d’un abat-son sur le positif et de volets verticaux pivotant qui s’ouvrent ou se ferment comme pour annoncer que la musique va surgir ou, au contraire qu’elle va s’éteindre et que la cathédrale retrouvera son silence. 

Les buffets d’orgue, par la diversité de leurs styles, sont les témoins immobiles mais vivants des siècles qui les ont vu éclore. La musique née de ces instruments sonne elle aussi comme un écho du passé mais aussi comme la résonance transfigurée de nos vies d’aujourd’hui. C’est à la fois la permanence de la foi chrétienne manifestée dans l’architecture comme dans la musique et le renouvellement de son expression au long des âges qu’a cherché à exprimer Olivier Messiaen dans cette pièce intitulée Apparition de l’Eglise éternelle composée en 1937. Messiaen écrivit à propos de cette page : « Les églises matérielles sont le symbole de l’Eglise spirituelle faite de pierres vivantes. »

La musique, art essentiellement éphémère, nous fait mystérieusement pressentir l’éternité peut-être davantage encore que l’architecture apparemment immuable : encore une merveille surprenante de l’art !

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 - 5 ?
Your answer:
Emmanuel Bellanger

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Institut Grégorien, Emmanuel Bellanger a mené une carrière d’organiste comme titulaire de l’orgue de Saint Honoré d’Eylau à Paris, et d’enseignant à l’Institut Catholique de Paris : Institut de Musique Liturgique et Institut des Arts Sacrés (aujourd’hui ISTA) dont il fut successivement élu directeur. Ancien responsable du département de musique au SNPLS de la Conférence des évêques de France, il est actuellement directeur du comité de rédaction de Narthex. Il s’est toujours intéressé à la musique comme un lieu d’expérience sensible que chaque personne, qu’elle se considère comme musicienne ou non, est appelée à vivre.

Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter