Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

La merveille de la musique [1/3]

Publié le : 2 Juillet 2018
Il faut souhaiter que pour la majorité d’entre vous, l’été qui commence soit ouverture vers une vie plus apaisée que d’habitude : l’art comme sujet de contemplation aura droit sans doute à davantage de place alors que les agitations du monde s’éloignent pour un temps. Regarder, écouter, respirer, sentir, vivre tout simplement, quel beau programme de vacances !

Paris, exposition universelle, 1937 (carte postale)

De nombreux écrivains et poètes ont essayé de définir ce qu’est la musique. Louis Aragon en a approché le mystère en peu de mots et en grande simplicité :

La merveille de la musique est de n’être que mouvement,
C’est comme l’eau que l’on regarde
Et tout y coule vaguement.

On ne retient pas l’eau, on ne l’empêche pas de s’écouler, on ne l’enferme pas entre ses doigts, pas plus qu’on ne retient la musique qui se déroule inexorablement, disparue aussitôt qu’émise. Ce n’est pas autre chose qu’exprime Guillaume Costeley (1531-1606) dans ce qu’on appelait en son temps une chanson :

Je vois des glissantes eaux les ruisseaux couler sous un doux murmure,
Je vois de mille couleurs mille fleurs parer la gaye verdure…

Cette image de l’eau va nous accompagner au cours de l’été, image qui a inspiré de nombreux compositeurs et qui nous conduira en fin de parcours sur des sentiers inattendus : notre regard, guidé par notre écoute, s’ouvrira – je l’espère – sur un paysage nouveau.

Pour commencer notre route, voici une curiosité musicale : il s’agit d’une œuvre peu connue d’Olivier Messiaen, écrite à la demande de la ville de Paris pour l’exposition internationale de 1937 : la Fête des belles Eaux, pour un ensemble d’ondes Martenot.

L’instrument appelé « ondes Martenot » est, peut-on dire, l’ancêtre de nos synthétiseurs ; il s’agit d’un instrument « électronique » qui donne des sons complètement nouveaux. Cet instrument fut inventé en 1928, c’est dire qu’il était encore peu connu en 1937. On le joue au moyen d’un clavier (comme pour un piano) et d’un curseur placé devant ledit clavier : ce curseur permet toutes les formes de glissandi du plus grave au plus aigu.

C’est Messiaen lui-même qui choisit la formation : un sextuor d’ondes Martenot. Cette œuvre fut donnée en plein air sur les bords de la Seine intégrée à un spectacle sons et lumières composé de jeux d’eau et de projecteurs, de feux d’artifice. Messiaen évoque dans ces pages les différentes images que suggère l’eau dans ses multiples manifestations. Comme il nous le dit lui-même :

« La nuit y est mystérieuse, l’eau profonde a un aspect funèbre, les fusées sont gaies, badines, désinvoltes, le feu d’artifice revêt le même caractère enjoué. Par contre, les jaillissements de l’eau sont furieux et terribles, ou rêveurs ou contemplatifs.»

Cette musique étrange au premier abord alterne les fusées musicales, les mouvements sautillants et jaillissants, les longues phrases méditatives bien dans la manière du compositeur.

Que cet été vous offre de beaux moments d’émerveillement devant un simple ruisseau, des moments où il n’y a rien d’autre à faire que de se laisser vivre dans la contemplation, le silence ou une musique qui conduise au silence de l’écoute intérieure.

Emmanuel Bellanger

Ces articles peuvent aussi vous intéresser
De l'universel et du particulier
Veni Sancte Spiritus !
Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 - 5 ?
Your answer:
Emmanuel Bellanger

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Institut Grégorien, Emmanuel Bellanger a mené une carrière d’organiste comme titulaire de l’orgue de Saint Honoré d’Eylau à Paris, et d’enseignant à l’Institut Catholique de Paris : Institut de Musique Liturgique et Institut des Arts Sacrés (aujourd’hui ISTA) dont il fut successivement élu directeur. Ancien responsable du département de musique au SNPLS de la Conférence des évêques de France, il est actuellement directeur du comité de rédaction de Narthex. Il s’est toujours intéressé à la musique comme un lieu d’expérience sensible que chaque personne, qu’elle se considère comme musicienne ou non, est appelée à vivre.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter