Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

De l'universel et du particulier

Publié le : 11 Juin 2018
Notre temps n’échappe pas à son lot d’inquiétudes : il en a toujours été ainsi. Le danger du repli sur soi semble renaître dans de nombreux pays. L’Histoire nous apprend que cette pente ne conduit jamais à des situations enviables. De nombreux artistes ont montré le chemin ; il en est même qui, en s’enracinant dans leurs traditions ont créé une œuvre qui s’est ouverte au monde et vibre dans le cœur de tous les hommes. Ainsi en est-il de Bela Bartok.

Victor Vasarely, vitraux de l'église Saint-François-d'Assise de Port Grimaud, France

Comme le peintre Vasarely (1906-1997), Bela Bartok est né en Hongrie en 1881. Mais, à la différence du peintre, le musicien est resté dans son pays jusqu’au moment où cela ne fut plus possible, c’est-à-dire en 1940. Il mourut aux Etats-Unis en 1945.

La ville natale de Bartok, Nagyszentmilos, est aujourd’hui en Roumanie. La ville où il reçut ses premières leçons de piano est aujourd’hui en Ukraine. Les bouleversements de l’histoire prédisposaient Bartok à s’ouvrir au monde. Cependant c’est en consacrant sa vie de musicien à l’étude du répertoire folklorique hongrois qu’il a été amené à élargir son écoute à l’ensemble des pays de l’Europe centrale et même à la Turquie ou l’Afrique du Nord. Tout cela a nourri sa création musicale : les échelles, les rythmes, les couleurs instrumentales et tout ce qui constitue une composition parfaite. Il n’est sans doute pas exagéré de décerner à Bartok le titre d’un des plus grands compositeurs du 20ème siècle.

Photographie de Bela Bartok

La « Musique pour cordes, percussion et célesta » a été créée à Bâle le 21 janvier 1937 par l’orchestre de Paul Sacher, un admirable musicien suisse à qui nous devons d’innombrables créations contemporaines.

Je vous propose de nous livrer à un exercice particulier d’écoute attentive : le musicien nourri de tradition hongroise nous introduit au cœur même du mystère de la musique en un langage que tous peuvent comprendre, au sens premier de prendre ensemble, de se laisser prendre aussi.

On peut s’étonner de la modestie du titre : « musique… » : cela ne suffit-il pas ? Le reste appartient à chacun de nous qui l’écoutons. Nous allons entendre le premier mouvement « Andante tranquillo ». L’ensemble instrumental comprend l’ensemble des cordes (violons, altos, violoncelles, contrebasses), une palette de percussions (timbales, grosse caisse, tam-tam, xylophone) auxquels se joignent deux instruments à clavier : le piano et le célesta.

Cet instrument se présente comme un petit piano. Mais les marteaux (identiques à ceux d’un piano) frappent non pas des cordes mais des lamelles métalliques, ce qui donne un son scintillant très caractéristique qui se distingue facilement au sein de l’ensemble. Voici un exemple de célesta :

Nous allons écouter attentivement cette page de Bela Bartok, une de celles qui ont fait sa gloire dans le monde entier.

La musique s’ouvre sur une seule note (LA) et développe une mélodie souple, un peu comme une mélopée entre le plain-chant et l’Orient. Puis, les autres instruments entrent les uns après les autres, une fois au-dessus, une fois au-dessous, ainsi 13 fois : écoutez distinctement chacune des entrées. La musique s’ouvre progressivement, lentement, comme on ouvrirait délicatement un éventail précieux. On arrive ainsi sur une note lancée dans toute la puissance des cordes qui marque à la fois une rupture et une attente : cette note est un MI bémol. Le célesta entre en scène sur un bref motif arpégé répété 17 fois…

Enfin l’éventail se referme lentement pour laisser le premier mouvement de la « musique pour cordes, percussion et célesta » se taire sur le LA par lequel tout avait commencé.

Lorsqu’on sait que toutes les proportions de ce mouvement (nombre de mesures, rapports entre les différentes parties, intervalles constitutifs – la/mi b, 13/17) ont été calculées selon les règles du nombre d’or, cette œuvre cache en elle, au-delà de la richesse sonore, des mystères qui atteignent à l’universel des cultures du monde : tournures orientales, construction en forme de fugue à l’occidentale, recherches spéculatives fascinantes… C’est le propre des grandes œuvres de faire entendre bien au-delà des notes.

 

Emmanuel Bellanger

Mots-clés associés :
DTh
DTh a écrit :
11/06/2018 16:42

Aujourd’hui Emmanuel Bellanger triple notre plaisir, une première fois en écoutant, une deuxième fois en lisant son texte, une troisième fois en mariant son, compréhension et attention.
Un grand merci à lui.

fr Dominique-Marie Dauzet
fr Dominique-Marie Dauzet a écrit :
15/06/2018 08:07

merci, Emmanuel, pour cette initiation au celesta! et pour ce beau cadeau. Hier soir, j'étais à un concert privé chez des amis, le quatuor Gaia (merveilleux 1er violon Nathan Mierdl, 20 ans!) a joué un quatuor de Bartók, de 1927. C'était plus "hard" que la page de Bartók que tu nous proposes, mais que c'est beau, c'est l'exploration des sons permanentes. Tu as raison de dire que ça fait penser au plain-chant, à une belle hymne un peu tardive... Merci. fr DM

Emmanuel Bellanger
Emmanuel Bellanger a écrit :
15/06/2018 14:56

Effectivement les quatuors de Bartok sont au premier abord plus difficiles d'accès. Il est passionnant de suivre, de quatuor en quatuor la progression du compositeur dans ses recherches et ses découvertes. C'est aussi le trésor des artistes de nous ouvrir à l'inouï. Voilà qui m'invite à proposer quelques clés pour, non pas comprendre, mais accueillir la nouveauté. Merci, Dominique-Marie, pour cet échange.

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 ?
Your answer:
Emmanuel Bellanger

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Institut Grégorien, Emmanuel Bellanger a mené une carrière d’organiste comme titulaire de l’orgue de Saint Honoré d’Eylau à Paris, et d’enseignant à l’Institut Catholique de Paris : Institut de Musique Liturgique et Institut des Arts Sacrés (aujourd’hui ISTA) dont il fut successivement élu directeur. Ancien responsable du département de musique au SNPLS de la Conférence des évêques de France, il est actuellement directeur du comité de rédaction de Narthex. Il s’est toujours intéressé à la musique comme un lieu d’expérience sensible que chaque personne, qu’elle se considère comme musicienne ou non, est appelée à vivre.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter