Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

A propos de Rameau : musique et silence

Publié le : 25 Août 2014
Le festival de la Chaise-Dieu propose cette année un programme intitulé « Rameau et l’esprit français » à l’occasion du 150ème anniversaire de la mort de ce compositeur, né à Dijon en 1683, mort à Paris en 1764. Voilà une belle occasion de découvrir une page d’une grande beauté d’un compositeur du tournant du 20ème siècle entrant en harmonie avec Jean-Philippe Rameau.

 

« On peut craindre que nos oreilles n’aient perdu la faculté d’écouter avec une attention délicate cette musique qui s’interdit tout bruit disgracieux, mais réserve l’accueil d’une politesse charmante à ceux qui savent l’écouter. »

Voilà comment, en 1908, Claude Debussy nous invite à recevoir la musique de Jean-Philippe Rameau, compositeur que l’on était en train de redécouvrir après un long oubli. En effet, l’image était restée dans les têtes d’un théoricien plutôt que d’un musicien, avec ce que cela comporte de rigueur, de raideur et même de froideur. Mais l’oreille sensible de Claude Debussy avait bien perçu ce que cette musique comportait de finesse, de délicatesse, de transparence et d’équilibre. C’est ce qui l’avait incité à écrire quelques années auparavant – 1905 – un « Hommage à Rameau » dans son recueil Images pour piano.

D’évidence nous y retrouvons l’équilibre et l’élégance héritées de Rameau. Mais plus profondément nous est offerte avec cette page de Debussy une belle expérience de ce qu’est l’écoute musicale.

L’Hommage à Rameau est une sarabande. Il ne s’agit évidemment pas d’un pastiche ni même d’une évocation pittoresque du 18ème siècle, mais bien d’une création personnelle d’un Claude Debussy qui se place dans le sillage de Rameau sans rien renier de ce qu’il est lui-même.


La sarabande est une ancienne danse lente que l’on peut entendre comme un processionnal coupé de poses qui ponctuent le discours musical : nous entrons dans une architecture classiquement organisée en trois parties parfaitement équilibrées. Mais si nous accordons à cette musique « l’attention délicate » que souhaite le compositeur, nous y découvrons non seulement de belles arabesques mélodiques et des harmonies savoureuses, mais un jeu subtil entre son et silence où la densité n’est pas forcément du côté du son.

La manière dont le pianiste – ici d'Arturo Benedetti Michelangeli– vit les silences nous rappelle que la musique pourrait bien être fondamentalement une habitation du silence : prolongement du son jusqu’à son extinction et ouverture au son à venir. La musique ne cesse de sonner pour le pianiste, autant au moment où il joue que pendant les « silences ». Voir le mouvement de ses mains qui suivent le son finissant et anticipent les notes à jouer, ou son regard tout orienté vers l’écoute intérieure.

Antoine Chintreuil, L'Espace, 1869, musée d'Orsay, Paris.

Le silence ouvre un espace où tout devient possible. N’en est-il pas de même en peinture ? Le cœur de ce tableau semble être cet espace central où, parce qu’on ne voit plus rien qu’une surface blanche, c’est la vision intérieure qui conduit notre regard au-delà de toute limite.
S’il n’y a pas d’écoute ou de regards intérieurs, quelque chose manque à l’expérience esthétique, au dialogue mystérieux qui s’instaure entre le créateur et le contemplateur. Le silence intérieur est le chemin par lequel nous acceptons de nous laisser habiter (envahir ?) par la musique et en même temps d’y entrer. Nous sommes à la fois le visiteur émerveillé qui découvre un bel édifice et cet édifice même qui se met à vibrer. N’est-ce pas un beau paradoxe de la musique ?


Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Emmanuel Bellanger

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Institut Grégorien, Emmanuel Bellanger a mené une carrière d’organiste comme titulaire de l’orgue de Saint Honoré d’Eylau à Paris, et d’enseignant à l’Institut Catholique de Paris : Institut de Musique Liturgique et Institut des Arts Sacrés (aujourd’hui ISTA) dont il fut successivement élu directeur. Ancien responsable du département de musique au SNPLS de la Conférence des évêques de France, il est actuellement directeur du comité de rédaction de Narthex. Il s’est toujours intéressé à la musique comme un lieu d’expérience sensible que chaque personne, qu’elle se considère comme musicienne ou non, est appelée à vivre.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter