Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

La sculpture ouvre l’espace : Carl Andre

Publié le : 16 Janvier 2017
La sculpture comme lieu, Sculpture as place. Le titre de la rétrospective Carl Andre, présentée jusqu'au 12 février au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, condense le point le plus marquant de la contribution de ce géant américain de l’art à l’histoire de la sculpture contemporaine. Né en 1935, Carl Andre a révolutionné dans les années 1960 la manière de concevoir et de vivre la sculpture, tout en revendiquant une continuité réelle avec «la grande tradition ».

Vue de l’exposition, Carl Andre: Sculpture as Place, 1958–2010, au Palacio Velazquez, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia. Mai 2015. Photo: Joaquin Cortès/Romàn Lores

« Quitte à paraître complètement fou, je vois mon travail dans la lignée de Brancusi, Rodin, Bernin, Michel-Ange et encore en amont d’eux », affirme-t-il en 1978. Mais, à la différence de ces grands sculpteurs occidentaux qui ont exploré l’art de la pierre  taillée dans  la puissance de la forme verticale, figurative ou non, c’est en déployant ses recherches dans le format horizontal et souvent au ras du sol que Carl Andre a creusé l’espace de manière inédite.

Avec des matériaux très simples, tels que le bois ou parfois le ciment, et des structures géométriques répétitives, Carl Andre propose  au spectateur de faire une expérience  sensible de la sculpture radicalement différente : la sculpture n’est plus représentation, figure ou statue, elle n’est pas davantage matière ou jeu de structure, elle se révèle tout simplement comme  un lieu ouvert.  Qu’est ce à dire ? Il ne s’agit plus pour le spectateur de regarder une œuvre extérieure à lui et d’affronter, par son regard et son corps, une masse ou une silhouette, mais de marcher sur un ensemble de plaques posées sur le sol, telles un tapis, ou de découvrir un lieu que la forme de la sculpture magnifie.

Vue de l’exposition, Carl Andre: Sculpture as Place, 1958–2010 Dia:Beacon, Riggio Galleries, Beacon, New York. 5 Mai 2014 – 9 Mars 2015. Photo: Bill Jacobson Studio, New York Courtesy Dia Art Foundation, New York

Quitte à paraître complètement fou, je vois mon travail dans la lignée de Brancusi, Rodin, Bernin, Michel-Ange et encore en amont d’eux »

Les Pyramids de Carl Andre rappellent les Colonnes sans fin de Brancusi, ces stèles verticales qui partent à l’assaut du ciel par l’harmonie de leurs proportions et la justesse de leur équilibre. Mais au lieu  de tailler les morceaux de  bois, Carl Andre les assemble et les compose, ce qui le conduit ensuite à des compositions de briques « aussi plates que l’eau ». Ses plaques métalliques au sol transforment l’œuvre en socle et le lieu d’exposition en sculpture ; la sculpture n’est plus art de la masse mais du volume, du vide. On comprend qu’on ait parlé d’Art Minimal.

L’intuition essentielle de ce travail est « Less is more »,  c’est à dire « Moins est plus ». Le vide révèle la profondeur et la richesse de l’espace, la sculpture ouvre le monde environnant sans le saturer, ni même l’occuper. En photographie, la richesse plastique de ces créations n’est guère évidente : on  voit mal, le tout  paraît  pauvre,  bien  réduit. Mais, sur place,  nos yeux, notre corps, nos bras, nos jambes nous font toucher, voir, expérimenter la plénitude d’un espace, dans sa qualité, dans sa puissance. Il s’agit d’ouvrir l’espace, d’ouvrir nos yeux.

 

Gauche: 46 Roaring Forties, Madrid, 1988, Vue de l’exposition, Carl Andre : Sculpture as place, 1958-2010, au Palacio de Velazquez, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia. Mai 2015. Courtesy de l’artiste et Konrad Fischer Galerie, Düsseldorf. Photo: Joaquin Cortès/Romàn Lores
droite: Uncarved Blocks, 1975 (détail), Vue de l’exposition, Carl Andre, Sculpture as Place, 1958-2010, au Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart, Berlin Photo: Sébastien Gokalp

Vue de poèmes, Vue de l’exposition, Carl Andre : Sculpture as place, 1958-2010, Edificio Sabatini, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia. Mai 2015. Photo: Joaquin Cortès/Romàn Lores

Ensemble de Dada Forgeries, Vue de l’exposition, Carl Andre : Sculpture as place, 1958-2010, au Palacio de Velazquez, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia. Mai 2015. Photo: Joaquin Cortès/Romàn Lores

 

Exposition Carl Andre : Sculpture as place, au Musée d’art moderne de la ville de Paris, Paris 16e, jusqu’au 12 février 2017.

informations pratiques ICI

ouvrage Paul-Louis Rinuy, La sculpture contemporaine, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, octobre 2016, 10 euros.

Photos: © ADAGP, Paris 2017
Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 ?
Your answer:
Paul-Louis Rinuy

Paul-Louis Rinuy, professeur des universités et directeur du département d’Arts plastiques de l'Université Paris 8, est également Président du Comité artistique de Narthex.

Recherchez sur le site
Inscrivez-vous à la newsletter