Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation

Structure du Scivias (Connais les voies) d’Hildegard von Bingen

Publié le : 30 Juin 2016
Le Scivias est le premier ouvrage, rédigé sur dix années par Hildegard von Bingen, entre 1141 et 1151, décrivant 26 visions mystiques et illustré de 35 miniatures. Le titre Scivias est un abrégé de l'expression latine Sci vias Domini (« Apprends à connaître les voies du Seigneur »). Chaque vision est une révélation progressive et fulgurante du Mystère de Dieu :

J’avais beau voir et entendre cela, néanmoins, comme je doutais et me méfiais de moi-même, et comme je voyais l’hostilité des paroles des hommes, j’ai longtemps refusé d’écrire non par entêtement, mais par pratique de l’humilité, jusqu’au jour où (…) je me suis mise à écrire. Et, pendant que je le faisais, j’ai pris conscience, comme je l’ai dit, de l’extrême profondeur de ces livres.

Le manuscrit original d’Hildegard von Bingen, dit de Rupertsberg, se trouvait à la bibliothèque de Hesse à Wiesbaden. Il disparut à la seconde guerre mondiale. Une copie fidèle, réalisée en 1927, se trouve à l’abbaye Sainte Hildegarde d’Eibingen. Les autres copies sont à la Bibliothèque vaticane, à Heidelberg, Oxford et Trèves. La première édition moderne en allemand date de 1928.

Le Scivias est le premier volet du triptyque visionnaire d’Hildegard, qui se poursuit par le Liber vitae meritorum (Livre des mérites de la vie), avec ses six visions, publié en 1163, et s’achève par le Liber divinorum operum (Livre des œuvres de Dieu), publié en 1173, illustré de dix miniatures. Cependant, nous reprendrons, pour plus de clarté, les divisions de l'ouvrage du Scivias opérées par Adelgundis Führkötter, éditrice de l’édition critique, fondées sur les titres attribués à chaque vision illustrée d’une enluminure. Le texte original ne donne pas de titres. Cela nous permet de saisir la structure d’ensemble du Scivias et de dégager les principales thématiques et leur cohérence. Les enluminures s’inscrivent alors dans une vision cosmique de l’Histoire du Salut de l’Humanité. L’ouvrage du Scivias est divisé en trois parties, reflétant la sainte Trinité.

Edition enluminée du Scivias de l’abbaye bénédictine Sainte Hildegarde d’Eibingen

La première partie I commence par un Avant-propos évoquant l’ordre reçu par Hildegarde d'écrire ses visions et se poursuit par la description de ses six visions traitant des thèmes de la Création et de la Chute :

Avant-propos

1. Dieu, le Créateur de lumière et l'Humanité
2. La Chute
3. Dieu, le Cosmos, et l'Humanité
4. L'Humanité et la Vie
5. La Synagogue
6. Les Chœurs des anges

La deuxième partie II se compose de sept visions traitant du Salut par Jésus-Christ, de l’Esprit et de l'Église, et des sacrements.

1. Le Sauveur
2. Le Dieu trinitaire
3. L'Église, en tant que Mère des croyants - Le Baptême
4. Onction de vertu - la Confirmation
5. La Hiérarchie de l'Église
6. Le Sacrifice du Christ et l'Église ; Continuation du mystère dans le Partage du Sacrifice
7. La Lutte de l’Humanité contre le Mal ; le Tentateur

La troisième partie III, avec treize visions, est plus longue que les deux premières parties. Les douze premières Visions décrivent le Royaume de Dieu, symbolisé par la Jérusalem Céleste. Ce Royaume se réalise grâce à la sanctification, et la lutte victorieuse du bien sur le mal. L’ultime vision comprend 14 chants antiphonés, ainsi qu'une partie du drame musical qui a été plus tard publié sous le titre Ordo Virtutum.

1. Le Tout-Puissant; Les étoiles éteintes
2. Le Bâtiment
3. La Tour de préparation; les Vertus divines dans la Tour de préparation
4. Le pilier de la Parole de Dieu ; la connaissance de Dieu
5. Le zèle de Dieu
6. Le Triple Mur
7. Le Pilier de la Trinité
8. Le Pilier de l'Humanité du Sauveur
9. La Tour de l'Église
10. Le Fils de l'Homme
11. La Fin des Temps
12. La Journée de la Grande Révélation; les Nouveaux Cieux et la Nouvelle Terre
13. Éloge de la Sainteté

Dans chaque vision, Hildegarde décrit d'abord sa vision, puis elle rapporte les explications qu'elle a entendues venant de la « voix du ciel » : « Ecris-le, en te fondant, non pas sur le langage de l’homme, non pas sur l’intelligence de l’invention humaine, non pas sur la volonté humaine d’organisation, mais en te fondant sur le fait que tu vois et entends cela d’en-haut, dans le ciel, dans les merveilles de Dieu. »  C’est cette voix céleste qui établit le lien entre les trois parties de l’ouvrage.

Les 35 enluminures du Scivias illustrant les 3 divisions de l’ouvrage d’Hildegard von Bingen, conservées à l’abbaye bénédictine Sainte Hildegarde d’Eibingen

Nous mènerons en parallèle le commentaire littéraire de l’ouvrage et celui des enluminures. On ignore si les enluminures sont de la main-même d’Hildegard ou si elle n’en a dessiné que les contours. On pense plutôt qu’elles auraient été réalisées par les sœurs de son couvent, auxquelles elle décrivait ses visions.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser
Hildegard von Bingen (1098-1179) : sa vie et son oeuvre
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 - 5 ?
Your answer:
Martine Petrini-Poli

Martine Petrini-Poli, professeur de lettres (titulaire du CAPES et du Doctorat de 3ème cycle) en classes préparatoires HEC au Lycée de Chartreux et à l’Ecole des Avocats de Lyon (EDA), rédactrice à Espace prépas, Ellipses et Studyrama. Responsable de la Pastorale du Tourisme (PRTL 71).

Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter