Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation
Il y a 27 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Filtrer les résultats
Type d'élément











Éléments créés depuis



Trier par pertinence · date (le plus récent en premier) · alphabétiquement
Sylvie Blocher : les vivants (2/2)
Entre Sylvie Blocher et la ville de Saint-Denis (93) c’est une histoire d’amour qui dure depuis plus de 30 ans. Elle y vit, y a son atelier, y revient après chacun de ses voyages. En 1995 déjà, elle avait investi la chapelle de l’ancien Carmel de la ville de Saint-Denis, devenu musée d’Art et d’Histoire en 1981. Aujourd’hui et jusqu’au 17 octobre 2016, les vidéos de Sylvie Blocher, percutantes et empreintes d’humanité, renouvellent ce lieu bâtit pour le religieux et s’immiscent avec pertinence dans les collections du musée. Prenant sa source dans l’altérité, l’œuvre de Sylvie Blocher dénonce la censure, joue sur les mots et les silences. Au musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis, l’exposition « Les mots qui manquent, the missing words » traduit le désir de l’artiste de porter la vérité, la liberté et l’émancipation. Avec l’art pour seule arme, Sylvie Blocher interroge avec poésie mais sans concession notre rapport à l’autre.
Rattaché à Portraits d'artistes
Expo : « If » Tapisserie de Pascal Haudressy, la nature en écho : Adam, Dom Robert, Lurçat, Prassinos, Tourlière…
Le musée Dom Robert et de la Tapisserie du XXème siècle à l’Abbaye-école de Sorèze accueille jusqu’au 29 mai 2016 la matrice-tapisserie If, d'après Pascal Haudressy. Œuvre et objet de médiation, la proposition artistique de Pascal Haudressy opère une heureuse synthèse de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs au plan technique et esthétique. If est en effet une création qui intègre à la fois les principes de la tapisserie, de la sculpture et de la projection numérique. Cette oeuvre est mise en relation dans l’exposition avec une quinzaine de pièces de la collection du musée sur le thème de la nature, feuillages et oiseaux figurant dans des tapisseries, cartons, dessins ou lithographies : Oiseau blanc de Henri-Georges Adam, Arbre d’or et Arbre d’émail de Dom Robert, Scintille de Jean Lurçat, Cadre de vigne de Michel Tourlière, Arbres et Les Corneilles de Mario Prassinos …
Rattaché à Agenda
Bill Viola, la vidéo comme expérience existentielle
Seul. Seul à seul, devant une vidéo qui déchire notre univers quotidien, bouscule le rythme habituel de notre temporalité. Lorsque je me remémore telle ou telle grande création de Bill Viola, même à distance c'est ce choc solitaire que je perçois à nouveau, ce bouleversement intérieur : un face à face sans concession qui nous isole radicalement des autres, nous arrache à nous-mêmes, nous renvoie à une solitude existentielle, ontologique.
Rattaché à Portraits d'artistes
L'expérience Caravage au musée des Beaux-Arts de Caen
À la faveur d’un échange avec la Pinacoteca di Brera, le musée des Beaux- Arts accueille l’un des chefs-d’oeuvre du musée milanais : Le Souper à Emmaüs de Michelangelo Merisi, dit Le Caravage (1571-1610). L’exposition éclaire le contexte artistique dans lequel l’œuvre a été conçue, à partir de quelques gravures évoquant les variations iconographiques du Souper à Emmaüs entre le XVIe et le début du XVIIe siècle. Puis elle s’arrête sur la genèse du tableau, véritable tournant dans la carrière du peintre. L’exposition souligne enfin la fécondité toujours vive de l’art de Caravage, à travers The Quintet of the Astonished, une vidéo de Bill Viola.
Rattaché à Actualités
Il était une fois David Claerbout. (2/2)
La lumière solaire éclabousse la partie interrompue, les ombres indiquent un délai, postérieur ou antérieur à midi. Elles unifient les divers éléments : personnages, mouettes, bâtiments, clôture grillagée… À travers la succession des images, ombres et lumière structurent l’espace et affirment l’immobilité du temps. David Claerbout a fréquemment jeté son dévolu sur le jeu des ombres et de la lumière pour faire sentir la durée et découper l’espace représenté en le situant dans l’histoire par des bâtiments modernistes, généralement de la seconde moitié du XXème siècle. Au point de transformer parfois le fond en figure, et la lumière en sujet.
Rattaché à Portraits d'artistes
Vidéo en ligne : un Chemin de Croix inédit à Lomme !
Depuis le mois d’avril 2015, à la demande de Myriam Jaupitre, déléguée épiscopale et responsable de l’Accueil Marthe et Marie, Anne da Rocha Carneiro, responsable de la Commission diocésaine d’art sacré de Lille, et Gil Dara, architecte d’intérieur, animent avec l’aide de quelques bénévoles un atelier de création d’un chemin de croix auprès de six personnes en situation de handicap mental ou moteur. Ce chemin de croix, accompagné des photographies de Gautier Deblonde rendant compte du travail en atelier, a été inauguré en mars 2016. Un film intitulé "Six compagnons dans les pas de Jésus", réalisé par Thomas Kimmerlin est né de cette aventure. En exclusivité sur Narthex, le film en intégralité !
Rattaché à Réflexions / L'art comme expérience sensible
L’art renversant de Mark Lewis 1/2
Je viens de réaliser qu’un spectateur dort, allongé sur le banc devant moi. Dans le silence. Au Louvre, salle de la maquette, à côté des fondations médiévales, la projection en boucle de quatre films lents et silencieux n’arrête pourtant pas longtemps les visiteurs. Si toute projection d’images animées nécessite un arrêt durable, il faut dire que les œuvres de Mark Lewis requièrent, plus que d’autres, une attention soutenue. Elles peuvent susciter une sorte de suspension du temps. Une respiration qui prend souvent l’ampleur d’un envol. Invention au Louvre me transforme un peu en oiseau, en drone, en planeur. Certains vivent ce vertige avec crainte, je le savoure comme en un rêve. Vous n’avez jamais rêvé que vous voliez ?
Rattaché à Portraits d'artistes
L’art renversant de Mark Lewis 2/2
Découvrez la suite de l'article du père Michel Brière consacré à l'exposition de Mark Lewis "Invention au Louvre" visible jusqu'au 31 août 2015 au musée du Louvre !
Rattaché à Portraits d'artistes
Il était une fois David Claerbout. (1/2)
Ce « portrait » de David Claerbout se fonde sur l’expérience attentive, plus ou moins approfondie, d’une quinzaine de ses œuvres au cours de huit expositions. (1) Parmi elles j’en choisis une comme porte d’entrée, pour commencer non par un survol en extension mais par une plongée en compréhension. Cette plongée nous conduit, rien moins qu’à la question de la vérité en art, et aux rapports de cette vérité avec la foi chrétienne au sein d’une relation singulière. Pour ne pas se payer de mots, des informations extérieures à l’œuvre ancrées dans l’expérience sensible de quelques figures induisent une conversion de notre rapport au temps et à l’espace, porte ouverte sur l’invisible.
Rattaché à Portraits d'artistes
Rodney Graham "You should be an artist".
Il y a des œuvres d’art qui marquent profondément. Certaines demeurent inoubliables. Non seulement avec la saveur de la première rencontre et la nostalgie de l’émotion éprouvée, mais avec la vivacité d’une énigme irrésolue qui continue d’interpeler. Cette vivifiante et récurrente interpellation caractérise à mes yeux le contemporain de l’art. Comprenons-nous bien : à partir du moment où nous pensons l’art comme une relation - mieux « une rencontre » - entre la puissance artistique d’une œuvre et l’intelligence-du-cœur de sa réception, chaque nouvelle expérience met en mouvement, émeut, une réflexion neuve : l’émotion de la pensée propre à l’art. Il arrive même que la seule évocation intérieure éveille ce don précieux de l’art.
Rattaché à Portraits d'artistes
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter