Aller au contenu. | Aller à la navigation

narthex Art Sacre, Patrimoine, Creation
Il y a 4 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Filtrer les résultats
Type d'élément











Éléments créés depuis



Trier par pertinence · date (le plus récent en premier) · alphabétiquement
L’image de la caverne : néoplatonisme de Jean de la Croix ?
Revenant sur l'allégorie de la caverne de Platon, Martine Petrini-Poli montre, dans ce dernier article, l'inspiration de Jean de la Croix pour cette dernière.
Rattaché à Blogs de Narthex / Écrits mystiques
Expo photos : "Détenues" - Bettina Rheims à la chapelle du château de Vincennes (94)
Jusqu'au 30 avril 2018, la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, site géré par le Centre des Monuments Nationaux, accueille l'exposition d'une série de la photographe Bettina Rheims intitulée "Détenues". Ces photographies confrontent l’univers carcéral avec celui de la création artistique ; dans un dialogue complexe, il interroge la construction et la représentation de la féminité dans les espaces de privation de liberté et d’enfermement. De ces rencontres, volontaires, sont nés des portraits saisissants qui nous renvoient au regard que nous portons sur la détention.
Rattaché à Agenda
Nicolas Daubanes, « Les mains sales »
En 2017, la galerie Maubert présentait la première exposition monographique de Nicolas Daubanes. Intitulée "Les mains sales", du titre de la célèbre pièce de théâtre de Sartre, figure incontestable de la question de l’engagement de l’artiste après la Seconde Guerre mondiale, Nicolas Daubanes poursuit là ses interrogations autour de l’enfermement, le dépassement de soi, d’actes de résistance, tout en continuant ses expérimentations sur ses matières fétiches, limaille de fer, béton, résine.
Rattaché à Portraits d'artistes
Expo : Nicolas Daubanes, « Les mains sales » à la Galerie Maubert
Jusqu’au 8 avril, la galerie Maubert présente la première exposition monographique de Nicolas Daubanes. Intitulée "Les mains sales", du titre de la célèbre pièce de théâtre de Sartre, figure incontestable de la question de l’engagement de l’artiste après la Seconde Guerre mondiale, Nicolas Daubanes poursuit là ses interrogations autour de l’enfermement, le dépassement de soi, d’actes de résistance, tout en continuant ses expérimentations sur ses matières fétiches, limaille de fer, béton, résine.
Rattaché à Agenda
Recherchez sur le site

Inscrivez-vous à la newsletter